Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

Sécurité alimentaire : L’agriculture intelligente face aux changements climatiques en Afrique

février 26, 2023 0 518

En marge de la 9ème session du Forum régional africain pour le développement durable qui se tiendra du 28 février au 02 mars 2023, au Niger, la Commission Economique  pour l’Afrique (CEA) organise des évènements parallèles les 26 et 27 février 2023.

A cet effet, la deuxième session des quatrièmes pourparlers sur le climat en Afrique, autour du thème, « Renforcer la résilience climatique pour une meilleure sécurité humaine dans la région du sahel » vient à point nommé réfléchir sur les enjeux climatiques qui compromettent la sécurité alimentaire sur le continent.

Dans un contexte de réchauffement, de changements climatiques globaux, la sécurité alimentaire en Afrique diminue avec l’inondation, la famine, la sécheresse, les conflits politiques. La région demeure importatrice des produits alimentaires de 3 000 milliards dollars qui passera à 10 000 milliards en 10 ans selon la Banque Africaine de Développement (BAD).

Les solutions pour booster la chaîne agricole ne manquent pas ; le renforcement des systèmes sur la disponibilité et la maitrise de l’eau, la fertilisation des sols, la recherche des semences adaptées au changement climatique, le développement l’agriculture urbaine, la lutte contre la pollution dans les zones agricoles, le renforcement de la situation sécuritaire dans les zones de conflits sont des approches innovantes pour sauver la génération future.

Le renforcement du système agricole implique également le secteur privé qui apporte les capitaux, les universitaires pour les recherches scientifiques, les jeunes et les femmes pour la main d’œuvre abondante.

Déjà des programmes résilients sont mis en œuvre dans la sous-région ouest africaine avec le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS), le lancement du Programme de Résilience du Système. Alimentaire en Afrique de l'Ouest (FSRP) qui réunit quatre pays (Burkina Faso, Mali, Niger et Togo).

 « La dynamique de croissance agricole au changement climatique passera par la valorisation des espace agricoles, les mécanismes agricoles, l’augmentation des budgets agricoles par les Etats, le financement des institutions financières au secteur agricoles, la pêches, l’élevage, l’accès aux marchés, la promotion de la consommation locale, la transformation des produits agricoles », a indiqué Nassirou Ba, responsable des affaires économiques, division technologie, changement climatique et ressources naturelles à la CEA.

L’autre opportunité à saisir sur le continent face à la résilience de l’agriculture au changement climatique est le développement des bonnes pratiques commerciales. Le rôle du commerce dans le système alimentaire en Afrique n’est pas à négliger dans la chaine de valeur. La zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) devait augmenter les échanges intra africains en favorisant les exportations et importations.

« Les politiques doivent tenir compte de ce grand marché avec 1.2 milliard de personnes. C’est une solution indéniable pour développer l’agro-industrie en Afrique. Avec le commerce nous pouvons nourrir l’Afrique. Par la Zlecaf on peut sauver la sécurité alimentaire, d’où la nécessité de se plancher sur les questions liées à la productivité agricole et le secteur du commerce sur le continent », a fait savoir responsable du plaidoyer, de la communication et des politiques à PACJA.

Pour une transformation agricole, l’utilisation des engrais est recommandée pour accroitre la production agricole cependant cela engendre des conséquences incalculables sur l’environnement, la santé de la population.

« Nous voyons également l’usage des OGM sur le continent, mais la solution serait de trouver d’autres alternatives pour remédier à ces problématiques. Il faut aussi penser à des solutions innovantes pour éviter les pertes-post récoltes, adapter des infrastructures de transports et matériels pour améliorer la productivité agricole », a fait savoir Madaka Tumbo, Professeur à l’Université de Dares Salaam.

Les partenaires techniques et financiers, le secteur privé sont appelés à jouer également leurs partitions dans une agriculture résiliente aux changements climatiques dans les régions africaines.

Dernière modification le dimanche, 26 février 2023 21:16

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.