Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

Journée de réflexions sur les conséquences des sanctions de la CEDEAO : la CAR/PF et ses partenaires plaident pour la continuité des engagements politiques sur la Santé de la Reproduction

septembre 09, 2023 0 205

La Coalition des Acteurs pour le Repositionnement de la Planification Familiale au Niger (CAR/PF-Niger) en partenariat avec ses partenaires traditionnels qui sont : Marie Stopes Niger, OMS, OMS, UNFPA, Girl Not Bride Niger, a organisé ce jeudi 7 Septembre 2023, à Niamey, une journée de réflexions sur l’impact des conséquences des sanctions de la CEDEAO sur la poursuite des activités sur le Droit à la Santé Sexuelle et Reproductive (DSSR).

Financée par l’ONG Marie Stopes Internationale Niger, la rencontre de réflexions d’une journée a permis aux participants de discuter des difficultés actuelles et probables nées des sanctions imposées au Niger après les évènements du 26 juillet 2023. La rencontre a également servi de cadre pour proposer des pistes d’actions en faveur de la Santé de la Reproduction.

C’est un panel constitué des représentants des structures de la société civile en faveur de la Santé Sexuelle des Jeunes et Adolescents, des représentants des ONGs nationales et internationales et ceux des agences du système des nations unies, qui de manière interactive avec l’assistance a fait le tour de ce qui peut constituer aujourd’hui un véritable frein à la poursuite des actions en faveur des bénéficiaires des différents projets sur les Droits de la  Santé Sexuelle et Reproductive.

Mme Kadia Idani, Point Focal jeune PO/FP 2030 du Niger, Dr Manzo Adamou, NPO chargé de Programme à UNFPA Niger, Alhadji Boni Syla Abdul Rachid, Directeur des Programmes, Marie Stopes International Niger, Dr Hassane Sanda Maiga, Président du RCPF AS et Hedwige Hounon, Girl Not Bride Niger, tous membres du panel ont mis en évidence la situation telle qu’elle se présente actuellement sur le terrain avant de dégager avec l’ensemble des participants, les actions à mener afin de poursuivre les activités sur le terrain pour le bien-être des populations.

Unanimité autour des impacts des sanctions

Tous les participants ont reconnus de manière unanime que les sanctions infligées au Niger suite aux évènements du 26 juillet dernier ont engendré par endroit et par structure une suspension voire un blocage total des activités dans le cadre des projets sur le Droit de la Santé Sexuelle et Reproductive.

C’est plusieurs activités allant du projet ‘’la famille idéale’’ développé par MSI Niger en passant par celui de mettre fin au mariage des enfants mis en œuvre par Girl Not Bride Niger et les défis sur les engagements FP 20230 du Niger, pour ne citer que ceux-là dont la poursuite risque d’être compromise que les participants à la journée se sont appesantis avant de se focaliser sur d’autres questions aussi cruciales notamment : la suspension des financements, la pénurie des produits pharmaceutiques ; la rupture de la fourniture de l’énergie électrique et la suspension des opérations interbancaires ont constitué des véritables sujets de préoccupation pour lesquels il faut agir et rapidement ont estimé  les participants à la journée de réflexions.

Face à ces préoccupations majeures, la Coalition des Acteurs pour le Repositionnement de la Planification Familiale au Niger (CRAP/PF-Niger) et ses partenaires comptent mener des actions de plaidoyer auprès des nouvelles autorités pour que ce travail important pour la Santé se poursuive malgré les difficultés du moment.

CARPF ok

Pour ce faire, un plan d’actions de contingences est dans le pipeline et une note de plaidoyer sera incessamment élaborée et  transmise bientôt à l’appréciation des autorités de la transition en ce qui concerne le niveau national. Le même plaidoyer sera entrepris au niveau des structures supranationales, à savoir, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) chacun en fonction de ses compétences et de son champ d’intervention.

Pour la CAR/PF et ses partenaires, il faut urgemment trouver des solutions à plusieurs points à savoir :

-L’autorisation de la reprise des activités des ONGs intervenant dans le secteur de la santé dans les zones dites d’opérations militaires ;

-Eviter la rupture totale des produits pharmaceutiques et contraceptifs ;

– Tenir compte des DSSR parmi les priorités nationales dans les consultations nationales à venir ;

-Assurer la fourniture en courant électrique des maternités et des autres formations sanitaires ;

-Pouvoir conserver des médicaments au niveau des maternités et des autres formations sanitaires ;

– Rappeler aux nouvelles autorités tous les engagements du Niger en faveur des DSSR.

Condition sine qua none pour le développement de tout pays, la Santé de la population est une affaire de tous ont laissé entendre les organisations de la société civile en faveur de la santé de la reproduction. Ils estiment d’ailleurs disposer de plusieurs atouts pour la réussite de leur plaidoyer car les autorités actuelles font preuve de leur amour pour la patrie. Ils ont joint l’acte à la parole lors de la formation de l’équipe gouvernementale en prenant en compte le critère profile/emploi avec la nomination d’un médecin au département de la santé et d’une humanitaire à la tête du ministère de l’Action humanitaire.

Ibrahim Moussa

 
 
Dernière modification le samedi, 09 septembre 2023 11:36

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.