Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

Menaces sur la cohésion cohésion sociale via les réseaux et médias sociaux: Le Gouvernement entend appliquer rigoureusement la loi

novembre 07, 2023 0 519

Le Ministère d’État ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique et de la Décentralisation, le Général de Brigade Mohamed Toumba a conjointement animé, le jeudi 02 novembre 2023, une conférence de presse avec son homologue de la justice, Garde Sceaux Alio Daouda et le Secrétaire Général du Ministère de la Communication et de l’Économie Numérique Moustapha Tinao.L'objectif du point de presse et de rappeler aux auteurs des publications à caractère ethnique, religieux et régionaliste via les réseaux et mé- dias sociaux que le Niger dispose de tout un arsenal juridique pour sanctionner les acteurs de tels actes qui visent ni plus ni moins qu'à saper les efforts des nouvelles autorités et d'une grande majorité de la population dans la nouvelle dynamique de la recherche de la souveraineté et du redressement du pays. A travers cette sortie médiatique, les trois (3) personnalités ont chacune, en ce qui la concerne, exhibé les moyens dont dispose l’État pour sévir en cas de manquement aux lois et textes en vigueur en matière de publications par voie électronique.Plantant le décor, le Ministre d’État ministre de l'Intérieur de la Sécurité Publique et de la Décentralisation Mohamed Toumba a souligné que ces actes se traduisent sous deux formes qui vont de la tentative d'exfiltration du Président de la République déchu Mohamed Bazoum à la publication des écrits tendant à mettre en avant des propos ethno-ré- gionalistes, claniques et raciaux via les réseaux et médias sociaux. Des actes pourtant punis par plusieurs textes notamment la loi sur la cybercriminalité adoptée depuis le 30 Avril 2019 au Niger. Le Ministre d’État, le Général de Brigade Mohamed Toumba a d'ailleurs rappelé aux auteurs de ces propos que toutes leurs agitations resteront vaines du fait que les Nigériens sont un peuple uni depuis belle lurette par les liens de mariage, la parenté à plaisanterie et aussi par la religion musulmane qui interdit toutes ces contrevaleurs dont ils veulent véhiculer sur lesréseaux sociaux.Prenant la parole, le Ministre de la Justice M. Alio Daouda a, quant à lui, rappelé le dispositif juridique qui réprime ces genres de comportements qui sapent la cohésion sociale et le vivre ensemble avant de mettre en évidence des cas qui sont actuellement devant les juridictions: "Au niveau du tribunal de Grande Instance Hors classe de Niamey, 23 procédures de cybercriminalités concernant 35 personnes ont été reçues sans compter que des procédures ont été ouvertes dans d'autres juridictions à travers le pays. Il a évoqué les peines qu'encourent les auteurs de ces actes qui relèvent dans leur écrasante majorité d'atteinte à la loi sur la cybercriminalité, qui, en son article 31, prévoit et punit la publication et la diffusion des données de nature à troubler l'ordre public ou à porter atteinte à la dignité humaine d'une peine d'emprisonnement de six (6) mois à trois (3) ans et d'une amende d'un (1) à cinq (5) millions de F CFA.Le Ministre de la Justice Garde des Sceaux a aussi rappelé les dispositions des articles 67 et 68 de la loi pé- nale et du code de justice militaire qui sanctionnent des peines allant de cinq (5) à dix (10) ans tout dépositaire par fonction ou par qualité d'un renseignement, objet, document ou procédé qui doit être secret dans l'intérêt de la dé- fense nationale. Le Secrétaire Général du Ministère de la Communication a, à son tour abordé la loi n°2019-03 du 30 avril 2019 portant sur les transactions électroniques et la loi portant interception de certainescommunications électroniques avant de mettre l'accent sur les institutions qui ont été créées pour faciliterles recherches et la reconstitution des preuves électroniques.C'est tout cet arsenal que les trois (3) personnalités à savoir: le Ministre d'Etat ministre de l'intérieur, de la sécurité publique et de la dé- centralisation, le Général de Brigade Mohamed Toumba, le Ministre de la Justice Garde des Sceaux Alio Daouda et le Secrétaire Général du Ministère de la Communication et de l'Economie Numérique Moustapha Tinao ont tenu à rappeler aux auteurs des publications teintées de haine, de violence, du racisme... Ce point de presse a sonné comme un avertissement aux internautes qui véhiculent la haine à se ressaisir avant qu'ils ne tombent dans les mailles des filets de la justice. Ce qui est d'ailleurs inévitable si jamais ils persistent dans cette lancée.I

brahim Moussa

Dernière modification le mardi, 07 novembre 2023 22:21

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.