Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

ustice : Les jeunes avocats dénoncent l'exacerbation des détentions extra-judiciaires

novembre 16, 2023 0 415

L'Association des Jeunes Avocats du Niger (ANAJ) a rendu une déclaration le jeudi 8 novembre 2023. Dans cette dernière, les avocats juniors ont manifesté leur mécontentent par rapport au constat qu'ils ont fait de la manière dont les choses se passent sur le plan judiciaire depuis l'avènement des nouvelles autorités issues du coup d’État du 26 juillet dernier, et ce, malgré ‘’la profession de foi faite par le Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie sur le respect des textes ré- gionaux et internationaux auxquels a souscrit le pays’’.

D'entrée de jeu, ils ont rappelé au CNSP qu'à travers l'ordonnance n°2023-02 du 28 juillet 2023 portant organisation, des pouvoirs publics pendant la période de la transition, il a réaffirmé son attachement à garantir les droits et libertés de la personne humaine et du citoyen tels que définis par la déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 et la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples de 1981.Mais à l'épreuve de faits, lesjeunes avocats constatent, la recrudescence de certaines pratiques aux antipodes des valeurs d'une société qui se veut soucieuse de la protection des libertés et droits fondamentaux dans notre pays.L'Association des Jeunes Avocats du Niger regrette ainsi: la persistance des arrestations extra-judiciaires des citoyens; l'incapacité de la justice à faire et exécuter ses propres décisions et l'impossibilité pour les avocats d'assister certains de leursclients victimes d'arrestations extrajudiciaires.Face à cet état de fait, l'Association des Jeunes Avocats du Niger (ANAJ) a rappelé que la Police judiciaire est exercé sous la direction du procureur de la république, la surveillance du procureur général près la cour d'appel et le contrôle de la chambre d'accusation et les policiers de la police judiciaire sont tenus d'informer sans délai le procureur de la république des crimes et délits dont ils ont connaissance.Dans sa déclaration, l'Association des Jeunes Avocats du Niger (AJAN) a demandé au Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie CNSP l'arrêt des interpellations et privation des libertés extrajudiciaires, le respect et l'exécution de toutes les dé- cisions de justice exécutoires et la garantie à tous les détenus, le droit et un procès équitable qui implique le respect du droit à la défense.

Ibrahim Moussa

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.