Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

Conflits agriculteurs-éleveurs à Koona & Maijirgui (Tessaoua) : Neuf (9) blessés et quatre (4) personnes arrêtées

novembre 22, 2023 0 390

Dans la journée du jeudi 16 novembre 2023, une bagarre a opposé les habitants des villages de Gobiraoua et Maijirgui aux éleveurs en transhumance dans la zone. Des informations en provenance de ces deux (2) localités situées dans le département de Tessaoua, région de Maradi, indiquent qu’il s’agit des éleveurs en provenance de la République fédérale du Nigeria qui ont fait paitre leurs animaux, à un moment, où les champs ne sont pas encore libérés.

 

Les affrontements ont malheureusement fait sept (7) blessés dans les rangs des agriculteurs dont deux (2) graves, tous évacués au Centre Hospitalier Régional (CHR) de Maradi.

Côté éleveurs, des témoins sur place font cas de l’arrestation de quatre (4) d’entre eux ainsi que la dispersion suivie d’égarement de leur bétail.

Alerté, le préfet du département de Tessaoua a promptement réagi en dépêchant des éléments de la gendarmerie nationale qui se sont interposés entre les belligérants, ce qui a permis de circonscrire le conflit.

Dans la même semaine, le lundi 13 novembre 2023, un autre conflit a éclaté entre éleveurs et agriculteurs à Ougoual daré, un village de la commune de Koona toujours dans le département de Tessaoua.

Là aussi, deux blessés ont été enregistrés dans le rang des agriculteurs qui se sont farouchement opposés à toute pénétration des animaux dans leurs champs d’arachide.

N’eut été la prompte réaction des éléments des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) en patrouille dans la zone, le conflit allait dégénérer pour se transformer en bagarre rangée entre villageois et éleveurs.

Quelques jours auparavant, le village de Danja toujours dans la région de Maradi, a été le théâtre d’un conflit entre agriculteurs et éleveurs faisant trois (3) morts et plusieurs et plusieurs blessés. Ces conflits se multiplient au moment où le Gouverneur de la région, le Contrôleur Général de Police Mamane Issoufou a pris un arrêté fixant les dates de libération des champs.

« Les dates de libération des champs des cultures pluviales en zones agricoles sont fixées au 30 novembre 2023 pour le département de Bermo et le 20 décembre 2023 pour les départements d’Aguié, Dakoro, Gazaoua, Guidan Roumdji, Madarounfa, Mayahi et Tessaoua »

L’arrêté de préciser que tout contrevenant à cette mesure règlementaire subira la rigueur des textes législatifs et règlementaires en vigueur, d’ajouter, qu’après ces dates, tous dégâts causés par les animaux dans les champs des cultures pluviales ne donnent pas lieu à un dédommagement. Les cultures non pluviales et les résidus des récoltes existants sur les champs dunaires pluviales doivent faire l’objet de protection par le propriétaire.

Si ces conflits persistent en violation des dispositions de l’arrêté n°058/GR/MI/SPR/CR/MI du 13 novembre 2023, fixant les dates de libération des champs de cultures pluviales, c’est parce que d’une part, les agriculteurs prêtent le flanc en faisant paitre leurs animaux dans leurs propres champs oubliant que les éleveurs peuvent venir de n’importe quelle contrée y compris les pays voisins et que ces derniers ignorent les règlements relatifs à la libération des champs dans le pays d’accueil.

Mais qu’à cela ne tienne, l’intensification des campagnes d’information et de sensibilisation est plus que nécessaire pour renforcer la cohésion sociale entre agriculteurs et éleveurs pasteurs en cette période charnière entre la fin des récoltes et le début de la transhumance du Nord vers le Sud, qui est la plus connue de tous au Niger.

Ibrahim Moussa

Dernière modification le mercredi, 22 novembre 2023 21:48

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.