Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

Evènement du 26 juillet 2023 : Le PNDS, cible de toutes les haines

novembre 22, 2023 0 585

Depuis le coup d’Etat du 26 juillet 2023, le Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS-Tarayya) et ses principaux responsables sont au centre d’une cabale savamment orchestrée par des acteurs dits de la société civile qui se réclament être des soutiens du Conseil National Pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP). Pour ces acteurs bien connus, pour leur proximité politique avec les milieux de l’opposition pour certains et leurs frustrations et leur haine à l’endroit du PNDS pour d’autres, l’élan patriotique qui accompagne la transition doit écarter tout ce qui sent le PNDS ou qui a servi l’Etat durant le régime de la renaissance.Dès les premiers actes de nominations du CNSP, ces ennemis du PNDS, décortiquent, étiquettent, répertorient, colorent les personnalités qu’ils considèrent comme des militants du PNDS ou considérées comme telles pour avoir servi l’Etat durant le régime de la renaissance.

Mêmes les personnalités soumises au devoir de réserve, interdites de faire de la politique, nommées pour leur compétence, leur intégrité et leurs expériences ne sont pas épargnées. En témoignent les agissements de certains pré- tendus acteurs de la société qui se sont acharnés sur des magistrats à la suite des nominations des membres de la Cour d’Etat. Le seul tort de ces personnalités est d’avoir servi loyalement l’Etat sous le régime de la 7ème République. Mais pour autant ces acteurs qui répugnent le PNDS ont établi des liens d’affinité, de proximité de ces magistrats avec les anciens dirigeants, estimant que surc ette seule base, ils ne devaient être promus.

Ils ignorent que le corps des magistrats est un corps fortement hiérarchisé comme le corps militaire où on ne peut placer à sa guise des personnalités selon ses désidératas. Pour eux peu importe, le respect de la loi, l’essentiel c’est d’écarter ceux qu’ils colorent en rose ou qui sont proches des responsables du régime déchu. Dans leurs attaques, même les membres du CNSP ou du Gouvernement, qu’ils disent soutenir ne sont pas épargnés, dans leurs calculs politiques, puisque c’est de cela qu’il s’agit.

Ils les colorent à volonté et s’acharnent dans des critiques infondées et acerbes à l’endroit de ceux qu’ils considèrent comme étant proches des personnalités du PNDS-Tarayya. Et curieusement, c’est seulement ceux du PNDS ou considéré comme tels qu’ils dénoncent et qu’ils badigeonnent, estimant que dans le mouvement ‘’Labou sani no’’ ou ‘’zance kasa ne’’ le CNSP doit les mettre à l’écart. Et pourtant le PNDS n’était pas le seul parti à avoir géré les affaires publiques durant ces treize dernières années. Principal parti au pouvoir, le PNDS a géré l’Etat à travers une coalition des partis politiques de la majorité parlementaire, dont le MNSD-Nassara, le MPR-Jamhuriya, le CPR-Inganci, le MPN-Kiishin Kassa, MDN-Falala, ARD-Adalci Mutunci, l’ANDP-Zaman Lahiya, le RPP-Farilla, et ADEN-Karkara et ANEMA-Banizoumbou, sans compter une cinquantaine de partis de la majorité présidentielle.

De tous ces partis de la majorité, comptables également de la gestion du pouvoir de la renaissance, la cible c’est le PNDS-Tarayya. Que vous soyez militants ou proches des autres partis de la majorité, si vous êtes promus à une haute fonction de l’Etat au cours de cette transition, peu importe, l’ennemi à abattre, c’est le PNDS.

On se rappelle que dès le lendemain du coup d’état du 26 juillet 2023, des nervis ont pris d’assaut le siège du PNSD pour le saccager totalement avant de le brûler. Plusieurs voitures se trouvant à, la devanture du siège (une cinquantaine) ce jour-là ont été incendiées. Les militants du parti ont été violentés.L’objectif étant de détruire le PNDS, ses principaux animateurs et surtout l’ancien président Issoufou Mahamadou, qu’ils redoutent tant. Certains acteurs de la société civile ont demandé à cor et à cri son arrestation et son incarcé- ration.Voilà le calcul de tous ces mercenaires et revanchards, qui s’agitent, défiant le CNSP dans sa volonté de rassembler tous les nigériens, sans distinction aucune, pour la refondation de la Nation. Toute chose qui recommande au CNSP de prendre ses responsabilités et de ne pas se laisser dicter par des quidams la conduite à tenir dans la gestion des affaires publiques.

Mato Mani

 

Dernière modification le mercredi, 22 novembre 2023 23:26

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.