Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

La ColDEFF expose sa moisson et ouvre une polémique !

février 21, 2024 0 1073

La Commission de lutte contre la Délinquance Economique Financière et Fiscale (ColDEFF) défraie actuellement la chronique. Entre la présentation de son bilan aux plus hautes autorités et les dénonciations dont elle fait l’objet par le barreau et le SAMAN auxquels s’ajoute la riposte de la HALCIA, tout laisse croire que l’institution créée pour mettre l’Etat dans ses droits est aujourd’hui dans la tourmente.

Tout est partie de l’audience avec le Président du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP), Chef de l’Etat, le Général de Brigade Abdourahamen Tiani le vendredi 16 février 2024, lorsque le président de la ColDEFF a présenté leur moisson. A sa sortie d’audience, le général de la Gendarmerie Abdoul Wahid Djibo s’est adressé à la presse ou dans un premier temps, il a porté à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale les montants qu’ils ont eu à recouvrer de la mise en place en septembre 2023 de son institution à la date d’aujourd’hui. Sur cette période, l’institution que dirige le colonel Abdoul Wahab a mobilisé un peu de 15 milliards de F CFA. Une moisson appréciée par les citoyens nigériens qui estiment que l’institution peut encore mieux faire.

Face à la presse, le Président de la ColDEFF a accusé les membres de la HALCIA, l’institution ayant presque la même mission au temps du régime déchu d’écraser la base des données privant ainsi la ColDEFF de plusieurs dossiers à traiter.

Cette accusation n’a pas été du goût de l’équipe de la HALCIA qui a promptement réagi en apportant à son tour des éléments d’appréciation.

Le lendemain de cette sortie médiatique du Président de la ColDEFF, c’est-à-dire le 17 février 2024, l’ordre des avocats du Niger a dans un communiqué de presse fustigé ce qu’il a qualifié d’une grave violation des droits notamment le droit à la défense des personnes interpellées par cette institution. Le barreau a fustigé également ce qu’il a appelé, la persistance des privations des libertés par la DGSE qui procède à des interpellations, des arrestations et des détentions en dehors de toute procédure judiciaire et ce, en violation du code de procédure pénal nigérien.

Face à la persistance de ce que le barreau qualifie des dérives autoritaires, ce dernier appelle les plus hautes autorités compétentes à faire respecter la loi par tous sans distinction.

Ce lundi 19 février 2024, c’est au tour du Syndicat Autonome des Magistrats du Niger (SAMAN) de dénoncer certaines pratiques de la ColDEFF.

Dans leur déclaration de presse, le SAMAN s’est dit surpris d’apprendre de la bouche du premier responsable de l’institution chargée de lutter contre la délinquance économique et financière que «son institution est à pied d’œuvre pour arracher légalement les dossiers pendants devant la justice». Pour les magistrats, cette déclaration est très grave et maladroite. L’exécution de cette déclaration est perçue par le SAMAN comme une source d’insécurité juridique et judiciaire envers les citoyens, qui anéantira de facto, l’engagement du Président de la transition sur le respect des lois et textes en vigueur.

Face à la récidive de la ColDEFF, les magistrats ne resteront pas les bras croisés et décident de réagir. Le SAMAN décide ainsi de mettre en garde le CNSP du risque d’une crise institutionnelle sans précédent que fait planer le projet visant le pouvoir judiciaire à un moment où les nigériens ont soif de la justice.

Le SAMAN a d’ailleurs demandé à ses militants siégeant à la ColDEFF de ses retirer sans délai pour éviter d’être comptables ‘’de gageure contre le pouvoir judiciaire’’.

Avec la tourmente dans laquelle elle se trouve, la ColDEFF rectifiera-t-elle le tir afin d’être en phase avec l’esprit de l’Etat de droit ?

Nul ne le sait. Ce qui est sûr, les autorités de la transition de transition lui ont assigné une mission qu’elle doit exécuter dans le respect des règles de droit. Du respect de ces principes dépendra aussi sa crédibilité et l’efficacité de sa mission.

Ibrahim Moussa

Dernière modification le mercredi, 21 février 2024 12:44

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.