Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

Organisation de concours à la Fonction publique : les usagers se plaignent des reports intempestifs de concours

décembre 13, 2021 0 619

Entre colère, déception, jérémiades et inquiétudes, les candidats aux recrutements à la fonction publique et aux concours professionnels ne savent plus où donner de la tête. De report en report, le Ministère de la Fonction publique donne l’impression qu’il est incapable d’organiser des concours dans les délais. Or, dans les concours professionnels, c’est la carrière des agents de la fonction publique qui se joue ; le moindre report pouvant condamner certains, atteints par la limite d’âge, à ne plus pouvoir se présenter. Qu’est-ce qui peut expliquer ces défaillances quand on sait que le ministère dispose quand même aujourd’hui de ressources humaines suffisantes ?

Depuis un certain temps, l’on constate une série de reports dans l’organisation des concours de recrutement ou de concours professionnels au Ministère de la fonction publique nigérienne.

Qu’il s’agisse des concours directs ou professionnels, depuis quelques mois les candidats aux différents concours sont surpris et déçus des reports qui interviennent dans la plupart des cas à la veille de la date du concours. Cette situation créé un désarroi auprès des candidats dont certains résident hors du lieu où se tiendra le concours.

Les candidats et structures pour lesquels les concours sont organisés n’arrivent plus à cerner les raisons objectives du qui pourraient amener le Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative à organiser des simples concours dans les délais annoncés dans les différents arrêtés de lancement des concours.

Même si le ministère de la fonction publique ne donne pas les motifs du report, il n’est pas exclu que ces raisons soient d’ordre organisationnel. A ce niveau comment comprendre qu’un concours qui a été lancé au moins un mois de la date de sa tenue ne soit pas préparé par les différentes directions chargées de son organisation à savoir la Direction Générale de la Fonction Publique (DGFP), la Direction de Recrutement des Agents de l’Etat (DRAE) et la Direction des Ressources Financières et du Matériels (DRFM).

Même au moment où la portion centrale manquait d’agents, les délais dans l’organisation des concours étaient plus ou moins respectés qu’aujourd’hui où le ministère a augmenté son effectif avec le recrutement de 35 agents à la mi-2021.

Du 7 avril 2021, date de la prise de fonction du premier gouvernement du Premier Ministre Ouhoumoudou Mahamadou, à la date d’aujourd’hui, c’est au moins cinq (5) concours professionnels et directs qui ont été reportés. On peut citer dans la foulée, le concours professionnel des cadres du Ministère de la Santé, le concours professionnels d’entrée à l’Ecole Normale Supérieur, le concours professionnel pour l’obtention des bourses offertes par des établissements et instituts privés au profit des agents de la fonction publique et tout récemment, le concours direct de 27 agents pour le compte du Conseil Supérieur de la Communication.

Lancé le 12 octobre 2021 pour se tenir le 27 novembre dernier, ledit concours a été reporté à une date ultérieure, le 25 novembre 2021, soit 48 heures seulement avant le jour J, tout en sachant que le concours se tiendra au niveau du centre unique de Niamey.

Au niveau du Ministère de la fonction publique, on invoque le plus souvent le manque de moyens financiers pour l’organisation des concours. Dès qu’un ministère ou une institution de l’Etat demande l’organisation d’un concours pour pourvoir aux postes budgétaires qui lui ont été alloués, la première des choses qu’on lui brandira c’est le manque de moyens financiers pour qu’ensuite lui demander de supporter les coûts de l’organisation du concours le concernant alors que lui-même ne dispose pas d’une telle rubrique dans son budget.

A ce sujet, du reste, on a vu des courriers du Directeur de cabinet du Premier Ministre adressés au ministre des Finances pour lui demander de mettre à la disposition de tel ou tel montant au ministère de la fonction publique pour l’organisation de tel ou tel concours.

Par rapport aux moyens financiers, de nombreux observateurs se posent la question de savoir à quoi servent alors les frais de quittance que les candidats payent pour déposer le dossier si ce n’est pas l’organisation des concours ? N’y a-t-il pas des lignes de crédits au ministère de la fonction publique pour l’organisation de ces concours ? Autant de questions qui méritent que l’on s’y penche pour mettre un terme à ce désordre qui impacte sur la carrière des agents de l’Etat dans une dynamique de modernisation de l’Etat. Mme Daoura Kafougou Hadiza qui a remplacé Mme Attaka Zaharatou à la tête du ministère de la fonction publique et de la réforme administrative hérite à ce sujet d’une patate chaude qu’il faille vite refroidir pour redonner au Ministère sa crédibilité entachée par ses multiples reports de concours.

Espérons que les lignes vont bouger non seulement dans l’organisation des concours mais également dans le fonctionnement du ministère de la fonction publique et de la réforme administrative de manière générale.

Adoum Boulkassoum

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.