Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

30ème anniversaire de la Conférence Nationale Souveraine : Les acteurs dressent le bilan

juillet 31, 2021 0 377

Le palais du 29 juillet a servi de cadre pour la commémoration du 30ème anniversaire de la Conférence Nationale Souveraine (CNS) le mercredi 29 juillet 2021. Les assises de cet événement historique qui ont permis aux forces vives de la nation de débattre sur plusieurs questions de la vie de la nation notamment l’Unité nationale, le Vivre ensemble, la question de rébellion touarègue, la tuerie des étudiants le 9 février 1990 et autres questions d’intérêt national. Après 98 jours d’intenses travaux, la Conférence Nationale Souveraine a été une occasion pour les  forces vives de la nation de poser  les jalons de la démocratie multipartite au Niger. La rencontre a regroupé près de 1200 délégués représentant les partis politiques, les associations, les syndicats, les leaders religieux et bien d’autres structures. Trois décennies après la tenue de cette grande messe, les acteurs ont jugé utile de regarder à travers le rétroviseur. 30 ans après,  le pays connait une démocratie en dent de scie où élections et coups d’Etat se succèdent.

Au cours de la journée, plusieurs thèmes ont été présentés par les acteurs de la Conférence Nationale Souveraine dont l’historique de cette dernière, les événements qui ont précipité sa tenue, les décisions qui y sont issues, le volet économique et surtout  les perspectives 30 après.

En lançant les activités, le Président du Comité d’Organisation, le doyen Sanoussi Tambari Jackou s’est félicité de la commémoration d’un tel évènement dont la tenue a suscité beaucoup d’espoir chez les populations qui s’attendaient à un lendemain meilleur en matière de gouvernance. Il a salué par ailleurs, la présence de tous les participants qui ont fait le déplacement du palais du 29 juillet.

Faisant partie des principaux acteurs de la conférence nationale souveraine, Sanoussi Tambari Jackou affirme ne pas regretter la tenue de cette rencontre qui a regroupé l’ensemble des couches socioprofessionnelles du pays.

«En effet, jusqu’au dernier jour de ma vie, je resterai fidèle à la conférence nationale», a martelé Sanoussi Tambari Jackou, lui qui a présidé  la commission économique de la CNS.

Sanoussi Tambari Jackou de déplorer par ailleurs la faible participation des acteurs à cette commémoration du 30ème   anniversaire.

Les différents conférenciers ont chacun  présenté un thème  tout en expliquant les valeurs républicaines qui ont été débattues durant les assises de la conférence nationale souveraine.

 Le premier conférencier, le Président du Mouvement pour la Promotion de la Citoyenneté Responsable (MPCR) M. Nouhou Arzika a rappelé aux participants que, la Conférence Nationale Souveraine est un événement qui a été reconnu  et respecté par tous. De la même manière que les autres fêtes de la République, la date d’ouverture la Conférence Nationale Souveraine a été érigée en journée nationale de la démocratie à partir de 2011. Les présentes manifestations entre dans le cadre de la commémoration de ces événements placés sous la célébration de la journée nationale de la démocratie. Ce pour permettre aux citoyens Nigériens de savoir, cette que cette journée-là, est un acquis. C ‘est la conférence nationale souveraine qui était à la base de l’engagement du peuple au processus démocratique et qui a été consacrée dans la Constitution de notre pays.

‘’Les syndicalistes ont joué un rôle capital et très important dans la survenue de cette conférence qui a renforcé la démocratie  au Niger. Depuis l’avènement de la conférence nationale, le fonctionnement politique du Niger a fondamentalement changé’’, a déclaré Nouhou Arzika.

Pour sa part, M. Sabo Saidou a retracé le déroulé de la conférence nationale souveraine. Aussi, l’acceptation du principe de la conférence nationale souveraine, les travaux préparatoires et le déroulement des assises de la conférence.

Pour le conférencier M. Mamoudou Souley la Conférence Nationale Souveraine  a posé une base de référence. On peut même dire que, si l’on n’avait bien gardé les esprits d’application des actes de la CNS que les décisions de la Conférence Nationale Souveraine  pouvaient être supra constitutionnelles.

La Conférence Nationale Souveraine  a effectivement, au cours des travaux en commission, consacré la lutte contre la corruption et l’assainissement comme un élément fondamental. Parce que, cela compte aussi parmi les grèves contre lesquelles, l’ancien pouvoir a été remplacé par la CNS et les institutions de la transition.

Il faut dire que les différentes présentations des conférenciers ont été suivies d’échanges houleux et enrichissants sur les thématiques du jour entre les participants et les acteurs de la Conférence Nationale Souveraine.

Mahamat Moussa

Dernière modification le samedi, 31 juillet 2021 15:34

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.