Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

Eliminatoires CAN Côte d’Ivoire 2023 : MENA national, une équipe sans stade !

avril 20, 2022 0 640

Dans quel stade où sur quelle pelouse le Mena jouera ses prochains matchs de qualification Côte d’Ivoire 2023 ? Voilà la question qui taraude les esprits des amateurs du football au Niger et surtout des responsables de cette discipline sportive.

Récemment, les instances du football international ont suspendu le stade général Seyni Kountché, conséquences, le Mena ne pourra pas jouer ses matchs à domicile surtout que les éliminatoires de la CAN Côte d’Ivoire 2023 commenceront en juin prochain normalement.

Cette sanction fait suite aux différentes inspections des commissaires de la FIFA et de la CAF qui ont égrainé un chapelet de manquements qu’il faille solutionner pour que le stade soit aux normes internationales. Outre la pelouse qui ne répond pas aux attentes, il faut dire que le stade général Seyni Kountché de Niamey est vétuste, très vétuste même. Gradins dégradés malgré le saupoudrage récent, pour la FIFA et la CAF, il faut que les 30.000 places de ce stade soient aux normes exigées, salle de presse inexistante, pas de bureau de commissaire au match, ni celui des arbitres selon les normes requises. Bref une kyrielle de grief qui ont sonné le glas de ce seul stade qui fait la fierté du Niger et qui a été le théâtre de grands exploits réalisés par le MENA, on a souvenance de la victoire face aux pharaons d’Egypte le 10/10/10.

Il faut dire que cette suspension n’est pas une surprise pour tous ceux qui sont habitués du stade, déjà il y a un an de cela, il a été suspendu pour les mêmes reproches avant de sursoir la sentence et permettre au MENA de finir les éliminatoires sur ses propres installations. Selon nos informations, le président de Fédération avertissait déjà l’AS Garde Nationale qui représente le Niger à la coupe CAF que le stade pouvait être suspendu à tout moment au cours de l’année. Aujourd’hui, c’est chose faite et on se demande où jouera le MENA. Car même si on trouve un terrain, le MENA partira toujours pénalisé puisque jouant tous ses matchs à l’extérieur, loin de ses supporters, de sa pelouse, le MENA partira donc désavantagé face à ses adversaires qui profiteront de leurs installations et leurs supporteurs.

Que faire alors ?

L’urgence, puisque les négociations n’aboutirons pas avec la CAF et la FIFA, la solution est de trouver un autre stade qui accueillera le MENA en attendant que les responsables politiques se décident à rénover le stade voir construire un nouveau comme cela se passe dans certains pays africains. Puisqu’il faut bien le dire, la question du stade dépasse la fédération, c’est aux autorités de se presser comme l’ont fait celles du Burkina Faso dont le stade était suspendu au même moment que celui du Niger dernièrement mais qui avaient mis les bouchées doubles pour être aux normes exigées par la FIFA. Mais au Niger, il y’a d’autres priorités, plutôt que d’y penser créer une académie qu’on se demande à quoi servent les conseillers sports du PRN. La fédération en rendant visite au locataire de la présidence aussi, devait en faire une priorité, mais selon nos informations, le point n’est pas sur la table des autorités. On préfère dépenser d’énormes sommes d’argent pour louer un stade, faire déplacer l’équipe, les responsables et sûrement aussi des supporters. Jouer six (6) matchs sur six (6) à l’extérieur suppose commencer avec un désavantage énorme. Le problème est qu’on sera tôt ou tard obligé si réellement on veut jouer, rénover le stade, quel gâchis !

Pour mémoire, le stade général Seyni Kountché a été lancé en 1987 et depuis lors, et malgré les différents directeurs généraux qui se sont succédés, aucun n’a daigné apporter une grande touche de rénovation.

Dandoua Amadou Roufaï

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.