Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

Gestion du MNSD : Djibril Kadri Ousmane dit DKO continue de défier Seïni Oumarou

septembre 11, 2022 0 1179

Le Mouvement National pour la Société de Développement (MNSD-Nassara), le parti qui a porté le Président Feu Tandja Mamadou à la Magistrature suprême, traverse des séries de crises à n’en point finir. Depuis la veille des élections générales de 2020-2021, certaines sections du parti étaient profondément divisées, dirigées par des bureaux parallèles.

Les sections de Tahoua, Maradi, Zinder, Diffa et Niamey, en effet, étaient dans cette situation. Avec les élections certaines sections ont pu surmonter momentanément leurs divergences, le temps d’aller aux élections. D’autres par contre ont sombré dans les tiraillements au point où certains ténors du parti, parlent de déconfiture.

Le président du parti Seïni Oumarou impuissant face à la situation tente de sauver sa tête. Il a lancé le renouvellement des structures du parti sur fond de grosses inquiétudes en prélude au prochain congrès du parti. Pour se rassurer sur la loyauté et la fidélité de ses lieutenants, le Président du MNSD-Nassara, avant de s’envoler en Inde, il y’a quelques jours, avait convoqué les huit (8) présidents régionaux pour tâter les pouls. Il voulait, selon les informations qui nous sont parvenues, que tous les présidents des sections lui confirment leur loyauté et qu’ils lui donnent l’assurance qu’il n’y aura pas de candidature rivale à la sienne au prochain congrès du parti. Au cours de cette réunion qui s’est tenue dans le bureau de son Directeur de cabinet Lamido Harouna Moumouni, tous les présidents des sections avaient fait profil bas, désemparés sur la réponse à donner, à l’exception de M. Djibril Kadri Ousmane dit DKO, le puissant président de la. Section d’Agadez.

Lui seul avait objecté sur cette démarche et est même allé plus loin en affirmant qu’il n’y a aucune garantie qu’il sera le seul candidat à la présidence du parti.

En réalité les autres présidents, malgré le malaise dont ils ont conscience sont bien tenus par le Président Seïni Oumarou. Tous ont été promus à de hautes fonctions à l’exception de DKO et du président de la section de Niamey. Ce dernier serait fâché depuis que Seïni Oumarou a fait nommer Sékou Doro Adamou au ministère du sport sans le consulter.

Quant à DKO le tout puissant président de la section d’Agadez qui fait et qui défait au MNSD, sa colère est inconsolable. Il estime que Seïni Oumarou gère mal le parti et a contribué à sa déconfiture. Le MNSD engrangeait 42% des voix avant sa prise par Seïni Oumarou et aujourd’hui il se retrouve avec 8% seulement.

Il faut dire aussi qu’en dehors de la chute du parti, DKO a une autre raison supplémentaire de se fâcher. En effet, le poste de Directeur Général de la SPEN qui était sous son contrôle sous le régime de Issoufou Mahamadou lui a totalement échappé. Cette fois-ci, le Président Seïni Oumarou s’en est accaparé et l’a confié à Seïni Salou sans même en rendre compte à DKO.

L’un dans l’autre, pour DKO, pas de promesse à Seïni Oumarou qu’il n’y aura pas de candidature concurrente. Au contraire, il faut qu’il s’y attende !

Toutefois, il faut préciser que le président Seïni Oumarou a pris de l’avance sur l’éventualité d’une candidature concurrente.

Il s’est arrangé à verrouiller les textes. Les candidatures à la présidence du MNSD sont déposées au siège du bureau politique national par des personnes mandatées par la section régionale, lit-on dans les textes du parti.

Il faut donc avoir la caution ou le parrainage de la section pour être candidat à la présidence du parti. Seini Oumarou a donc l’avantage de contrôler au moins six à sept sections dont il tient les présidents. En dehors de DKO, tous les autres ne peuvent s’opposer frontalement au risque de subir des représailles. Du reste, dans sa stratégie de se maintenir à la présidence du parti au prochain congrès Seini Oumarou renforce son dispositif. Il vient de faire nommer 30 Conseillers supplémentaires à l’Assemblée nationale.

Autant dire que la bataille ne fait que commencer.

Adoum Boulkassoum

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.