Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

77ème Session de l’Assemblée Générale de l’ONU: Mohamed Bazoum, grand défenseur du droit à l’Education

septembre 22, 2022 0 504

En déplacement à New York au Siège de l’organisation des Nations Unies dans le cadre de l’Assemblée Générale annuelle de ladite institution, le Président de la République Mohamed Bazoum continue son plaidoyer en faveur de l’éducation, qui est la condition sine qua non pour le développement d’un pays.

Mardi 20 septembre 2022, le Chef de l’Etat en compagnie de ses pairs africains a pris part à une réunion de haut niveau sur l’éducation avec comme thème : «Transformer l’éducation en Afrique : passé, présent, futur».

Avec comme priorité l’éducation des enfants du Niger, le Président de la République Mohamed Bazoum n’a pas hésité de plaider devant les grands de ce monde afin de trouver les financements pour booster la scolarisation malgré les défis multiples et multiformes auxquels cette dernière est confrontée au Niger.

Entre autres défis soulignés par le Chef de l’Etat nigérien figurent la démographie, la sécurité et le changement climatique. Par rapport à la pression démographique, c’est environ 1 million d’enfants qui sont appelés à être inscrits chaque année à l’école, là, où dans les années 1990, ils étaient 300.000 enfants à être inscrits au Cour d’initiation (CI) à chaque rentrée scolaire. S’agissant de la sécurité, c’est des centaines d’écoles qui ont été fermées au niveau des localités en proie à l’insécurité surtout dans les régions de Diffa, Tahoua et Tillabéri. Le changement climatique avec son corolaire de sécheresse et des inondations qui se succèdent d’année en année appauvrit davantage les populations qui cherchent plutôt à se nourrir qu’à songer à envoyer leurs enfants sur le banc de l’école.

Ainsi, pour atteindre l’ODD4 lié à l’éducation, le Président de la République Mohamed Bazoum de lancer un appel pour une réponse globale au problème de l’éducation.

Au Niger, sous la conduite du chef de l’Etat, un fonds commun sectoriel de l’éducation (FCSE) a été créé. Ce fonds regroupe actuellement les contributions des partenaires techniques et financiers bilatéraux et multilatéraux, a indiqué le chef de l’Etat, grand défenseur de l’éducation des enfants nigériens, à la tribune de l’ONU.

Ce fonds permet de financer l’ensemble du secteur de l’éducation et de la formation en soutenant la mise en œuvre des planifications annuelles des ministères. Il permet également de soutenir la mise en œuvre des réformes connexes importantes pour le développement du pays : finances publiques et décentralisation.

Mieux, 80% des fonds sont orientés vers les structures déconcentrées des ministères, des collectivités locales et les établissements d’enseignement, en région, au plus près des acteurs de terrain qui conduisent les transformations et produisent les résultats éducatifs, a souligné Mohamed Bazoum.

Toujours pour booster l’éducation, le Niger doit pouvoir mettre au minimum 5% de ses dépenses d’investissements au profit de l’éducation et de la formation dans la période 2020-2022.

Malgré tous ces efforts consentis par le gouvernement, les partenaires techniques et financiers sont appelés à accroitre leurs appuis pour que le Niger puisse atteindre l’objectif de scolarisation primaire universelle et être aussi au rendez de 2030 en atteignant les ODD4.

Pour rappel dans son programme de campagne, le candidat Mohamed Bazoum a taillé une part belle au secteur de l’éducation. Et depuis son accession à la magistrature suprême, il est en train de joindre l’acte à la parole en ce qui concerne les engagements qu’il a pris en faveur du secteur éducatif.

Dès juin 2021, il a organisé une rencontre avec les différentes parties prenantes du système éducatif nigérien, son gouvernement est en contact permanent avec les partenaires sociaux.

Il est actuellement en train de mettre en œuvre son programme de construction des internats pour les jeunes filles dont le premier a été opérationnel depuis la rentrée scolaire 2021-2022.

Ces deux dernières années, l’école nigérienne est en train de retrouver petit à petit sa quiétude d’antan avec moins de perturbations et des examens organisés à des périodes convenables avec des programmes exécutés à des niveaux satisfaisants.

En prenant part à la réunion de haut niveau sur l’éducation à New York, le Président de la République Mohamed Bazoum est dans son rôle de plaider auprès des partenaires techniques et financiers afin de lever des fonds pour améliorer le cadre de travail de l’école nigérienne.

Ibrahim Moussa

Dernière modification le jeudi, 22 septembre 2022 10:10

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.