Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

Conférence de presse des 10 ans du Fonds MUSKOKA : les lignes ont bougé dans le secteur de la Santé au Niger grâce au FFM

novembre 30, 2022 0 494

Les agences onusiennes Unicef, UNFPA, OMS et ONU-FEMMES et le Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales ont conjointement animés une conférence de presse ce mardi 29 novembre 2022 dans le cadre des dix (10) ans de l’intervention MUSKOKA. C’est les responsables au plus haut niveau de ces entités qui se sont  donnés à cet exercice bilan d’une décennie d’intervention des fonds  MUSKOKA devant un parterre de journalistes et en présence de leurs staffs respectifs. Ces fonds mis en œuvre depuis 2010 dans neuf (9) pays de l’Afrique de l’Ouest et centrale à améliorer la santé et le bien-être des femmes, des nouveaux nés, des enfants et des adolescents par le renforcement des systèmes de santé en Afrique de l’Ouest et Centrale.

Stefano Savi, Anya Blanche, Rachelle Anne-Marie, Aboubacar Cissé et Sabo Hassan Adamou, respectivement représentants résidents de l’Unicef, l’OMS, ONU-FEMMES, UNFPA et Secrétaire Général Adjoint du Ministère de la Santé publique et des Affaires Sociales ont chacun intervenu pour témoigner de l’apport des fonds MUSKOKA, après dix (10) ans de mise en œuvre des paquets d’interventions sur le terrain et ce, en présence du représentant de l’ambassadeur de France au Niger.

presse suite

Prenant la parole le premier, le représentant résident de l’Unicef au Niger a indiqué que le Fonds Français MUSKOKA est un fonds catalytique qui a permis une coordination des stratégies régionales et nationales, l’harmonisation de l’appui technique dans les pays concernés et la mobilisation des partenaires et de fonds pour la santé Reproduction, Maternelle, Néonatale, infantile et des Adolescents. M. Stéfano Savi d’ajouter que les activités menées dans le cadre des fonds MUSKOKA ont beaucoup contribué dans l’amélioration de la santé de la mère et de l’Enfant avec la réduction des taux de mortalité néonatale, infanto-juvénile  et a réduit de manière considérable la malnutrition des enfants.

Ce décor planté par le représentant de l’Unicef n’a pas laissé indifférent le représentant de l’Ambassadeur de France au Niger à la conférence de presse, qui a touché du doigt, les changements apportés en matière de la santé de la mère, de l’enfant et des adolescents dans les neuf (9) pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Sénégal, Tchad, Togo) d’intervention . « Tous les pays MUSKOKA ont connu une réduction importante de leur taux de mortalité maternelle avec une réduction significative pour la Guinée (44%), le Sénégal (43%) et le Burkina Faso (38%)», a souligné le diplomate français. Grâce au fonds MUSKOKA, une réduction de la mortalité maternelle pouvant s’expliquer par une augmentation du taux d’accouchements assistés par un personnel qualifié de 11% entre 2010 et 2016 a été enregistré dans les pays, a ajouté le représentant de son excellence Sylvain Itté.

Ce fonds qui constitue un véhicule financier efficace, opérationnel et en capacité de gestion et de mise en œuvre des résultats attendus à l’horizon des 5 ans dans la sous-région, sont d’un montant de 50 millions d’euros jusqu’en 2026, a annoncé le représentant de l’Ambassadeur. Celui-ci de déplorer par ailleurs, le manque de visibilité des résultats obtenus dans le cadre de la mise en œuvre des activités financées par le fonds français MUSKOKA.

FB IMG 1669753162804

Prenant la parole au nom du gouvernement nigérien, le Secrétaire Général Adjoint du Ministère de la Santé Publique et des Affaires Sociales M. Sabo Hassan Adamou s’est réjoui des résultats obtenus grâce au Fonds Français MUSKOKA. Il a énuméré les progrès enregistrés dans les domaines d’interventions à savoir : La Santé maternelle néonatale et infantile, la Santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes, la planification familiale, les domaines transversaux de renforcement du système de santé, médicaments et autres produits de santé, personnel de santé, information stratégique) et l’approche basée sur les droits humains et le genre.

Malgré ce tableau reluisant, des défis restent à relever dont entre autres : le Financement de la santé car les fonds MUSKOKA demeurent des fonds catalytiques, la consolidation des acquis et la persistance de l’insuffisance de couverture en SONU et PF de qualité ainsi que d’autres interventions à haut impact sur la santé reproductive, maternelle, infantile, néonatale, de l’adolescent et de la nutrition, a mentionné le Secrétaire Général Adjoint du Ministère de la Santé Publique.

La phase des interventions a été suivie par celle des questions réponses et les responsables des agences du système des nations unies, le Secrétaire Général Adjoint du Ministère de la Santé Publique ainsi que les techniciens présents à la conférence de presse, ont édifiés la lanterne de l’opinion publique nationale et internationale sur l’apport du fonds MUSKOKA dans le secteur de la santé au Niger.

Un plaidoyer pour une 3ème phase 2027-2030 a même été fait auprès des autorités françaises par le Pr Madi Nayama, Directeur Général de la Maternité Issaka Gazobi de Niamey.

Presse

 

Ibrahim Moussa

Dernière modification le mercredi, 30 novembre 2022 08:13

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.