Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

Loi des Finances 2023 : Favoriser l’investissement et l’émergence de nouvelles entreprises

décembre 02, 2022 0 701

Après presque deux mois d’examen au fond par la commission des finances de l’Assemblée Nationale, les députés nationaux ont procédé à l’examen et à l’adoption de la Loi des finances 2023 le mercredi 30 novembre 2022. Adopté avec 135 voix pour et 26 contre, la Loi des finances 2023 se veut à la fois ambitieuse et réaliste. D’abord par ses prévisions budgétaires de l’ordre de 3245 milliards de FCFA et ensuite par les mesures et réformes innovantes envisagées qui visent, entre autres, à favoriser les investissements et l’émergence de nouvelles entreprises.

Les explications fournies par la commission des finances de l’Assemblée Nationale et le Ministre des Finances Ahmat Jidoud ont suscité l’intérêt des nigériens qui ont suivi, en direct sur la télévision nationale toute la journée du mercredi jusque tard dans la nuit, les débats portant sur l’adoption du budget.

Les grandes orientations, les rubriques secteur par secteur, les mesures fiscales, les investissements, tout a été épluché par les Députés nationaux qui ont mesuré l’ambition du Président de la République Mohamed Bazoum et du Gouvernement pour l’année 2023.

 Un budget qui fait la part belle aux priorités du Programme du Président de la République

Le budget 2023 se veut à la fois social et économique, a soutenu le président de la commission Finances de l’Assemblée Nationale M. Issaka Assoumane. Les grandes orientations de la politique budgétaire visent la transformation de l’économie et la poursuite des réformes de la gestion des finances publiques, a affiché le Ministre des Finances Ahmat Jidoud, très optimiste devant les Députés nationaux sur les opportunités qui s’offrent au Niger.

Il faut dire que le budget 2023, malgré le contexte mondial, régional et sous régional peu favorable a connu une hausse de l’ordre de 11,58% par rapport à celui de l'année dernière. Rien ne semble décourager le gouvernement dans son élan de consolider l’économie du pays. Du reste une forte croissance est attendue et d’énormes investissements sont attendus.

Priorité des priorités, la sécurité représente 13,5% de la part du budget 2023. Une grande partie des ressources prévues servira à l'équipement des Forces de Défense et de Sécurité en armements de pointe, a soutenu le Ministre des Finances.

Le secteur de l’éducation qui constitue également une priorité du Président de la République dispose de 21% des ressources budgétaires qui seront destinées essentiellement aux infrastructures scolaires, aux internats des jeunes filles ainsi qu’à la poursuite de la mise en œuvre des reformes du secteur en terme de qualité de l'enseignement.

Facteur de production important dans la stratégie d'industrialisation de notre économie à travers la mise en place des parcs agro-industriels et de la ZEN (Zone Economique de Niamey), le secteur de l’énergie représente 25% du budget. D’énormes investissements en vue d’assurer la sécurité énergétique du pays sont prévus.

D’autres secteurs sociaux de base telle que la santé et l’hydraulique disposent aussi d’une allocation budgétaire conséquente, ce qui témoigne de la volonté du Gouvernement d’améliorer les conditions de vie des populations.

Budget

Des mesures fiscales et économiques incitatives

La loi des Finances 2023, c’est aussi des mesures et réformes pour inciter aux investissements et à l’émergence de nouvelles entreprises. Créer des emplois, promouvoir l’entreprenariat des jeunes et créer conséquemment des richesses semblent être l’objectif du Gouvernement.

Dans les explications fournies par le Ministre des Finances Ahmat Jidoud, l’accélération des réformes est destinée à la mobilisation des ressources, la facture certifiée, l'élargissement de l'assiette fiscale dont la maitrise de certaines niches telles que les impôts fonciers et le secteur de l'or entre autres.

Ainsi plusieurs mesures incitatives nouvelles ont été prises dans cette nouvelle loi de finances dont, entre autres:

  • Une Amnistie fiscale de 2 ans pour toute entreprise nouvellement enregistrée.
  • L’exonération des droits de douane pour tout matériel agricole importé.
  • L’exonération pour tout véhicule neuf de transport de marchandises et de Personnes (ce qui permettra le renouvellement du parc automobile de transport et la réduction du coût de transport qui est un facteur important dans la structure des coûts des produits)
  • L’exonération dans le secteur industriel pour encourager la création et la mise en place d'industrie, surtout dans le contexte concurrentiel de la ZLECAF.
  • L’allègement des charges fiscales, en contrepartie de recrutement des jeunes, principalement ceux pour qui ce sera leur première expérience professionnelle, et cela pour encourager la création d'emploi et surtout la création des premiers emplois.

D’autres mesures en vue d’améliorer le climat des affaires ont également été prévues dans la loi des finances 2023, sans compter les mesures de rationalisation et d’amélioration de la qualité et de l’efficacité des dépenses.

Budget 1

Il faut dire que l’approbation d’une écrasante majorité des députés nationaux de la loi des finances 2023 intervient à la veille de la Table ronde des bailleurs de fonds du Programme Economique et Social PDES 2023-2026 où d’énormes financements sont attendus pour accompagner le Programme de renaissance acte III du Président de la République.

Il faut noter que le budget du Niger qui était de 730,7 milliards en 2009 est passé à 3245 milliards de FCFA en 2022.

Adoum Boulkassoum

Dernière modification le vendredi, 02 décembre 2022 20:22

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.