Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

Vie des Communes: Les arrondissements communaux de la Ville de Niamey étouffent

décembre 03, 2022 0 843

Les dispositions générales du code des collectivités territoriales étouffent les arrondissements communaux dans leur fonctionnement. Dans le cadre de la décentralisation, des réformes ont été entreprises pour opérer un transfert de compétences de l’Etat central aux structures décentralisées.

Dans le cadre de cette décentralisation certaines communes au regard de leur poids démographique ont été érigées en ville et en arrondissements à travers l’ordonnance n° 2010-56 du 17 septembre 2010 143 portant érection des communautés urbaines de Niamey, Maradi, Tahoua et Zinder en communes à statut particulier ou villes et les communes les composant en arrondissements.

En 2010, après l’adoption de l’ordonnance, les arrondissements communaux avaient une relative autonomie qui leur permettait de fonctionner normalement. Mais depuis la signature du décret 2011- 67/PRN/MI/SP/D/AR du 09 juillet 2011 portant modalités de détermination et de répartition de la dotation globale de fonctionnement des arrondissements communaux, les arrondissements communaux sont étouffés littéralement dans leur fonctionnement. En effet, selon ledit décret les arrondissements communaux reçoivent des dotations provenant des villes en vue de leur fonctionnement. Plus grave y compris leur budget, sont intégrés et adoptés dans le budget global des villes. Au niveau de l’exécution, c’est encore le Président du conseil de ville qui gère souverainement les ressources. Malheureusement dans la pratique les présidents des conseils de ville font à leur tête. Ils mettent sous la diète les arrondissements qui leur sont rattachés. Au niveau de quatre villes créées par la Loi les différents Maires d’arrondissement sont totalement exténués et dans le dénuement total. Beaucoup d’entre eux regrettent pourquoi ils ont été promus à ce niveau de responsabilité où ils ne peuvent ni signer le moindre acte ni exécuter la plus petite défense. Les ressources humaines et les ressources financière leur échappent. A titre d’exemple, les cinq arrondissements de Niamey totalisent aujourd’hui six (6) mois sans la moindre dotation pour leur fonctionnement. Les Maires et leur personnel se pointent au bureau tout simplement pour bavarder ou lire des journaux alors que le Maire central se la coule douce et garde toutes les ressources par devers lui.

Le Ministère de tutelle doit songer urgemment à une modification de cette disposition pour permettre aux arrondissements communaux d’avoir le minimum pour leur fonctionnement.

Il y’a vraiment urgence !

Adoum Boulkassoum

Dernière modification le samedi, 03 décembre 2022 23:34

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.