Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

Table-ronde sur le PDES 2022-2026 : Très belle moisson pour le Niger

décembre 09, 2022 0 460

Après le PDES 2017-2021, le Niger fait l’objet de convoitise pour la deuxième fois consécutive, auprès de ses partenaires bilatéraux et multilatéraux à travers le financement de son Plan de Développement Economique et Social (PDES) 2022-2026. La preuve a été donnée les 5 et 6 décembre 2022 dans la capitale française où le pays, représenté au plus haut sommet, a donné rendez-vous à ses amis de la communauté internationale et du monde de la finance mondiale.

Parti à Paris pour lever 29,6 milliards d’euros, le Président de la République Mohamed Bazoum et la délégation qui l’accompagne avec le Ministre du plan, Dr. Rabiou Abdou, en tête sont rentrés satisfaits de la moisson récoltée à Paris.

45 milliards d’euros, soit 150% de ce qui a été prévu, c’est la bagatelle somme promise au Niger pour financer son Plan de Développement Economique et Sociale (PDES) 2022- 2026, qui a eu l’approbation des Partenaires Techniques et Financiers qui voient au Niger, une terre d’hospitalité et d’opportunités comme annoncé dans le thème de la table ronde de Paris. Un véritable succès qui est à mettre à l’actif du Président de la République et de son Ministre du Plan Dr Rabiou Abdou dont la pertinence et la clarté du document ont capté l’attention de l’ensemble des participants à la table ronde de Paris, qui ont voulu s’engager dans ce vaste chantier qui est désormais la nouvelle autoroute de développement économique et social qu’est le PDES 2022-2026. Preuve supplémentaire de la confiance dont jouit le Niger.

En s’adressant aux Partenaires Techniques et Financiers et aux investisseurs privés, celui que le Président de la République n’a pas hésité d’appeler le héros, le Ministre Rabiou Abdou, a indiqué que la croissance avec le PDES 2022-2026 estimée, à 9,3% sera durable et inclusive et qu’elle profitera à toutes les couches socio-économiques du pays, notamment les plus défavorisées. Avec le PDES 2022-2026, l’ambition est de baisser la pauvreté de 8%, a précisé le Ministre du Plan.

Dr Rabiou Abdou a par ailleurs salué la vision des partenaires du Niger qui ont été impressionnés par le document présenté à Paris, qui a éclairé leur lanterne sur les progrès importants enregistrés par l’économie nigérienne, de l’amélioration du climat des affaires, des potentiels de développement, de la qualité du dialogue public-privé, de la dynamique des réformes enclenchée au Niger (au-dessus de la moyenne communautaire), des opportunités de la ZLECAF et de la position avantageuse du Niger entre l’Afrique de l’Ouest et le Maghreb donnant l’accès un marché de 550 millions de consommateurs, des potentialités de la digitalisation et de l’économie numérique, des niches de partenariat public-privé offertes l’économie verte et de l’énergie propre.

Les dirigeants des institutions multilatérales ont aussi annoncé leurs engagements à accompagner les investissements et le Niger pour déployer tous leurs instruments de garanties, de financement et d’appuis stratégiques pour soutenir les ambitions du PDES 2022-2026, a annoncé le communiqué final.

Le Président Mohamed Bazoum a manifesté toute sa joie de constater que l’objectif est largement atteint. «Comme l’a dit le Ministre du Plan, le total des annonces, des manifestations d’intérêts enregistrés auprès des partenaires et des investisseurs privés ont largement dépassé nos attentes avec un montant de 47 milliards d’euros contre 29,3 milliards d’euros recherchés».

Le père de la nation a d’ailleurs invité tous les investisseurs à venir au Niger, à partager avec les Nigériens la croissance dont le PDES est porteur tout en indiquant que 11 projets structurants disposent d’ores et déjà de leurs études de faisabilité et que le gouvernement s’engage à réaliser les études de faisabilité de tous les projets inscrits dans la banque des projets qui compte jusqu’à plus de 3 ans actuellement.

Le Président de la République Mohamed Bazoum de réitérer une fois de plus ses remerciements à l’ensemble des partenaires qui ont accompagné les Nigériens dans la formulation du PDES jusqu’à l’organisation de la table ronde.

En plus du fait qu’ils ont mis la main à la poche, les amis du Niger ont recommandé : l’amélioration de la capacité d’absorption des crédits, la mise en place d’un partenariat multi bailleurs pour des projets structurants, la participation économique et politique des femmes et des jeunes, l’augmentation de la résilience des écosystèmes et des communautés face aux chocs notamment climatiques et sécuritaires, à travers les investissements accrus dans les domaines des services sociaux de base, la stabilisation et le développement des chaines des valeurs agro-sylvopastorales, et hylétiques.

Pais

Les signes avant-coureurs d’un financement à la hauteur de l’évènement

Dès l’annonce de la tenue de la table ronde de Paris, ils étaient nombreux les Nigériens qui étaient optimistes sur la réussite de l’évènement pour plusieurs raisons.

Le pays est aujourd’hui en bonne voie pour la capture de son dividende démocratique.

Longtemps caractérisé par la fragilité de ses institutions, le Niger amorce aujourd’hui sa transition démocratique et il force l’admiration auprès de ses partenaires bilatéraux et multilatéraux comme l’ont attesté ces derniers mois les ballets diplomatiques des sommités du monde.

Un autre point qui fait vendre l’image du Niger, c’est sa résilience face aux différents chocs : sécuritaire, alimentaires et climatique. Le pays constitue le dernier verrou dans la lutte contre l’insécurité au Sahel et ses dirigeants sont vent debout pour des institutions démocratiques plus fortes à travers un modèle de gouvernance qui envisage la restructuration de l’économie pour un développement inclusif.

Après l’annonce des financements, les regards sont désormais tournés vers le décaissement des fonds dans le délai imparti afin de permettre une mise en œuvre rapide du PDES 2022-2026 à travers ses axes prioritaires qui sont respectivement le développement du capital humain, l’inclusion et la solidarité : consolidation de la gouvernance, paix et sécurité et la transformation structurelle de l’économie.

Ibrahim Moussa

Dernière modification le vendredi, 09 décembre 2022 12:25

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.