Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV

Rejet du bilan du Président de la CMANI : le 1er Vice-président livre les raisons du rejet

décembre 29, 2022 0 364

Le lundi 26 Décembre 2022, le 1er Vice-président de la Chambre des Métiers de l’Artisanat du Niger (CMANI), Idrissa Hassane, a choisi le Centre National de Promotion Touristique (CNPT) pour animer un point de presse afin d’éclairer l’opinion sur la situation qui prévaut dans son organisation. Cette situation qui a comme arrière-fond la mal-gouvernance est telle qu’elle a conduit au rejet du bilan du Président de la Chambre, Alassane Abou, au cours d’une Assemblée Générale tenue à Dosso le 17 décembre 2022.

D’après Idrissa Hassane, la situation qui a eu cours au sein de la CMANI se caractérise par une gestion opaque des biens de la Chambre par Alassane Abdou, le peu d’égard de celui-ci vis-à-vis de ses instances statutaires. D’où, le vote qui eut lieu au cours de l’AG de Dosso a rejeté en bloc son bilan par 23 voix contre 13. Mais comme le ridicule ne tue pas, le président de la Chambre ne veut pas lâcher prise et se cramponne à son poste.

D’après Hassane Idrissa, l’AG qui s’et tenue à Dosso est la toute première en deux ans. « Ce qui est en porte-à-faux avec les statuts » de l’organisation, a-t-il expliqué. Lorsque M. Alassane Abdou, le Président du Bureau exécutif de la chambre « a décidé d’organiser cette AG, dans son entendement, ce n’est qu’une simple formalité pour valider son bilan et projet de budget », a-t-il souligné.

« C’est pourquoi il a prévu que tout devait se passer en une demie journée pour examiner deux rapports d’activités, deux rapports financiers, un projet de budget et questions diverses. On comprend donc aisément que le Président voulait simplement que les consulaires applaudissent et s’en est fini. Il a espéré ainsi obtenir leur quitus pour continuer sa gestion opaque et cavalière », a-t-il ajouté. Mal en a pris le président de la Chambre, car celui n’a apparemment pas pris en « compte du fait que l’AG est souveraine », a laissé entendre Hassane Idrissa.

La surprise a été très grande car Alassane Abdou a été amené à constater que les délégués débattaient sans tabou sur la marche de l’organisation et dénonçaient sans complaisance les manquements par eux constatés. Ils ont « exprimé leurs vœux de voir la CMANI gérer et fonctionner conformément à ses statuts et règlement intérieur », a précisé Hassane Idrissa.

Selon le 1er Vice-président de la CMANI, les raison qui ont poussé la majorité des délégués à rejeter le bilan moral et financier du Président de la Chambre, c’est d’abord sa gestion opaque et solitaire. « Tous les programmes d’activités et budgets ont été conçus et exécutés par le Président tout seul. Aucune instance n’a participé ni à l’élaboration, ni à la mise en œuvre des deux exercices. Le Bureau exécutif, la Commission permanente et l’Assemblée Générale ont été royalement ignorés durant ces deux années de léthargie. Il est donc logique que les consulaires déclinent leur responsabilité par rapport à cette gestion chaotique ».

L’autre raison ayant conduit les délégués à voter contre le bilan d’Alassane Abdou tient du fait que « les fonctions de représentation ont été exercées par le Président tout seul. Il n’y a eu aucun rapport de commissaire aux comptes. Pourtant, l’article 14 des statuts précise que c’est l’AG qui vote et approuve le budget et les comptes en son alinéa 5. L’article 15 quant à lui précise que l’AG se réunit une fois par an et peut aussi se réunir en session extraordinaire sur convocation du président ou à la demande des 2/3 au moins de ses membres. L’article 27 dit que le Bureau dirige les actions de la CMANI, il prépare le budget et veille sur la tenue des comptes. Très malheureusement, Alassane Abdou s’est substitué au Bureau et a géré tout seul », a martelé Hassane Idrissa.

Le 1er Vice-président de la Chambre a, en outre, fait savoir que pendant les deux ans qu’il a eu à faire à la tête du Bureau Exécutif de la CMANI, Alassane Abdou « n’a jamais réuni ni le Bureau exécutif, ni la Commission permanente encore moins l’AG. Après le désaveu qu’il a enregistré à Dosso, à sa place, je rends le tablier parce que désavoué par l’Assemblée Générale qui est souveraine et qui s’est tenue à Dosso le 17 Décembre 2022 ».

Il y a lieu de restaurer l’image et la crédibilité de la CMANI, a-t-il poursuivi. L’Etat a, d’après lui, confié à cette organisation une mission qu’elle doit exercer en fonction des textes qui la régissent.

Hassane Idrissa en appelle au président de la CMANI « à tirer les conséquences de la décision de l’AG de Dosso qui l’a désavoué en rejetant son bilan moral et financier par un vote de 23 voix contre 13 ».

« En démocratie, a-t-il martelé, on ne peut continuer à diriger les gens contre leur volonté ». Le 1er Vice-président de la Chambre a, enfin,  demandé aux partenaires d’accompagner l’organisation et l’Etat du Niger, tout en mettant à celle-ci davantage de moyens, d’exiger auprès de ses instances dirigeantes une bonne gouvernance.

Bassirou Baki

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.