Tél.: +227 96 56 78 63 / E-mail : iboum79@gmail.com / Quartier Bandabari face SONITRAV


Warning: Creating default object from empty value in /htdocs/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743
Ibrahim Moussa Illagamo

Ibrahim Moussa Illagamo

La Commission de lutte contre la Délinquance Economique Financière et Fiscale (ColDEFF) défraie actuellement la chronique. Entre la présentation de son bilan aux plus hautes autorités et les dénonciations dont elle fait l’objet par le barreau et le SAMAN auxquels s’ajoute la riposte de la HALCIA, tout laisse croire que l’institution créée pour mettre l’Etat dans ses droits est aujourd’hui dans la tourmente.

Tout est partie de l’audience avec le Président du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP), Chef de l’Etat, le Général de Brigade Abdourahamen Tiani le vendredi 16 février 2024, lorsque le président de la ColDEFF a présenté leur moisson. A sa sortie d’audience, le général de la Gendarmerie Abdoul Wahid Djibo s’est adressé à la presse ou dans un premier temps, il a porté à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale les montants qu’ils ont eu à recouvrer de la mise en place en septembre 2023 de son institution à la date d’aujourd’hui. Sur cette période, l’institution que dirige le colonel Abdoul Wahab a mobilisé un peu de 15 milliards de F CFA. Une moisson appréciée par les citoyens nigériens qui estiment que l’institution peut encore mieux faire.

Face à la presse, le Président de la ColDEFF a accusé les membres de la HALCIA, l’institution ayant presque la même mission au temps du régime déchu d’écraser la base des données privant ainsi la ColDEFF de plusieurs dossiers à traiter.

Cette accusation n’a pas été du goût de l’équipe de la HALCIA qui a promptement réagi en apportant à son tour des éléments d’appréciation.

Le lendemain de cette sortie médiatique du Président de la ColDEFF, c’est-à-dire le 17 février 2024, l’ordre des avocats du Niger a dans un communiqué de presse fustigé ce qu’il a qualifié d’une grave violation des droits notamment le droit à la défense des personnes interpellées par cette institution. Le barreau a fustigé également ce qu’il a appelé, la persistance des privations des libertés par la DGSE qui procède à des interpellations, des arrestations et des détentions en dehors de toute procédure judiciaire et ce, en violation du code de procédure pénal nigérien.

Face à la persistance de ce que le barreau qualifie des dérives autoritaires, ce dernier appelle les plus hautes autorités compétentes à faire respecter la loi par tous sans distinction.

Ce lundi 19 février 2024, c’est au tour du Syndicat Autonome des Magistrats du Niger (SAMAN) de dénoncer certaines pratiques de la ColDEFF.

Dans leur déclaration de presse, le SAMAN s’est dit surpris d’apprendre de la bouche du premier responsable de l’institution chargée de lutter contre la délinquance économique et financière que «son institution est à pied d’œuvre pour arracher légalement les dossiers pendants devant la justice». Pour les magistrats, cette déclaration est très grave et maladroite. L’exécution de cette déclaration est perçue par le SAMAN comme une source d’insécurité juridique et judiciaire envers les citoyens, qui anéantira de facto, l’engagement du Président de la transition sur le respect des lois et textes en vigueur.

Face à la récidive de la ColDEFF, les magistrats ne resteront pas les bras croisés et décident de réagir. Le SAMAN décide ainsi de mettre en garde le CNSP du risque d’une crise institutionnelle sans précédent que fait planer le projet visant le pouvoir judiciaire à un moment où les nigériens ont soif de la justice.

Le SAMAN a d’ailleurs demandé à ses militants siégeant à la ColDEFF de ses retirer sans délai pour éviter d’être comptables ‘’de gageure contre le pouvoir judiciaire’’.

Avec la tourmente dans laquelle elle se trouve, la ColDEFF rectifiera-t-elle le tir afin d’être en phase avec l’esprit de l’Etat de droit ?

Nul ne le sait. Ce qui est sûr, les autorités de la transition de transition lui ont assigné une mission qu’elle doit exécuter dans le respect des règles de droit. Du respect de ces principes dépendra aussi sa crédibilité et l’efficacité de sa mission.

Ibrahim Moussa

L’ancien Ambassadeur de France au Niger M. Sylvain Itté a encore refait parler de lui cette semaine écoulée. Toujours dans la manipulation, les intrigues et la vulgarité ! Dans un document en circulation sur les réseaux sociaux, il s’est illustré au cours d’une audition par les parlementaires français et la DGSE en novembre 2023 comme un diplomate qui a semé des troubles et des doutes sur les événements du 26 juillet 2023. L’on découvre dans le compte-rendu de la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale française que l’ancien Ambassadeur de France au Niger a été l’un des moteurs qui a servi les arguments grotesques et mensongers de la sale campagne internationale dont est victime l’ancien Président Issoufou Mahamadou. C’est en effet, Sylvain Itté, on ne sait à quelle fin, qui a été à la manœuvre de bout en bout, accusant Issoufou Mahamadou d’être lié directement ou complice de ces événements. On comprend aisément maintenant d’où est-ce que les adversaires de l’ancien président tirent leurs arguments fallacieux de l’implication imaginaire de Issoufou Mahamadou dans les événements du 26 juillet 2023. Sylvain Itté et la DGSE étaient à la manœuvre et tentent depuis 7 mois à ternir l’image d’un Homme d’Etat qui fait la fierté du Niger et dont l’ancien Ambassadeur de France reconnait l’influence nationale et internationale dont l’intervention a permis à Sylvain Itté lui-même, assiégé par des milliers de manifestants dans son Ambassade avec ses collaborateurs de se tirer d’affaire.

Il faut dire que l’ancien Ambassadeur de France au Niger, Sylvain Itté qui s’est installé au Niger depuis septembre 2022est vite apparu comme un homme intriguant. Il a pratiquement installé son Quartier Général à la présidence, manœuvrant dans un contexte de perte d’influence de la France au Sahel, pour sauver l’image de l’hexagone au Niger. Pour lui, peut-être Issoufou Mahamadou n’en a pas fait assez, puisqu’il résumait la dégringolade de la France au Sahel par un déficit de communication et la propagande russe. Du reste, ses apparitions publiques envahissantes pour expliquer l’apport important de la France au Niger lui ont valu des démêlées avec certains acteurs de la société civile. Présent sur les réseaux sociaux, toujours prompt à répondre aux critiques de certains observateurs sur la politique française en Afrique en général et au Sahel en particulier, Sylvain Itté est apparu aux yeux des nigériens comme un vulgaire diplomate qui a une conception encore néocolonialiste sur les rapports entre la France et ses anciennes colonies. Cela transparaît dans sa litanie devant les parlementaires et la DGSE en novembre dernier.

Il est évident que son passage au Niger est plein d’intrigues qui se poursuivent d’ailleurs.

C’est dans la même dynamique que, curieusement, le compte-rendu de la séance du 29 novembre 2023 a été mis à la place publique sur les réseaux sociaux à l’avant-veille de la participation de l’ancien président Issoufou Mahamadou, en sa qualité de champion de la ZLECAF, au sommet de l’Union Africaine. L’objectif de Sylvain Itté, de la DGSE qui a organisé certainement la fuite et de leurs relais nationaux et internationaux, était manifestement d’entretenir le flou et même de dresser certains nigériens qui croyaient à cette thèse au Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP).

Avec le document lâché en circulation, ce jeu malsain entretenu depuis les événements du 26 juillet 2023 a permis aux nigériens de mieux comprendre le rôle sulfureux joué par Sylvain Itté dans le construit de la crise nigérienne tel que le voulait la France.

Avec un tel comportement, on peut dire que les autorités nigériennes ne se sont pas trompés de déclarer Sylvain Itté personae non grata. Le personnage, en effet, dans son récit du coup d’état du 26 juillet 2023 a tout simplement menti. T

Tout le monde l’a compris, c’est à nouveau la relance de la campagne d’intoxication entretenue par les médias français pour chercher à ternir l’image de l’ancien président Issoufou Mahamadou. De bout en bout, tous les arguments servis aux parlementaires et à la DGSE ont été développés à un certain moment par les médias français. Ni l’argument de la détérioration des relations entre Issoufou Mahamadou et Mohamed Bazoum, ni celui du prétendu litige pétrolier ne tienne. Du reste, l’ancien Premier Ministre Ouhoumoudou Mahamadou avait apporté à son temps un démenti cinglant au sujet du prétendu litige pétrolier.

Une fois de plus, l’ancien Ambassadeur de France au Niger qui dit connaitre l’Afrique pour y être né au Mali et qui ne connait pas du tout l’ancien Président Issoufou Mahamadou s’est trompé à dessein sur toute la ligne, sa manipulation ayant été un cinglant échec.

Adoum Boulkassoum

L’ancien Président de la République du Niger, M. Issoufou Mahamadou, Champion de la Zone de libre Echange continentale et président du Panel de Haut niveau sur la sécurité et le développement au Sahel qui s’était abstenu du moindre déplacement de Niamey depuis le coup d’Erat du 26 juillet 2023 intervenu au Niger, a effectué sa première sortie. Cap sur Addis Abebas au sommet des Chefs d’Etats de l’Union Africaine (U.A) où il était invité par le président de la Commission de l’Union Africaine pour présenter le rapport d’étape de ce projet que lui ont confié les Chefs d’Etat de l’Union. Ce chantier, en effet a été confié à l’ancien Président Issoufou Mahamadou pour son leadership exceptionnel, son engagement panafricain, sa vision futuriste et le rôle qu’il a joué dans l’accélération de cette initiative visant à créer un marché unique pour les biens et les services en Afrique, en éliminant progressivement les barrières tarifaires et non tarifaires. L’ancien Président était donc attendu de Chefs d’Etat africains à qui tient à cœur cet important dossier. Son retour sur la scène continental très remarquable a été aussi une occasion pour discuter de la situation de la crise politique née au Niger depuis le 26 juillet 2023.

L’ancien Président de la République du Niger Issoufou Mahamadou qui a manqué aux grandes tribunes africaines et internationales a fait son come-back sur la scène africaine participant au 37e sommet de l'Union africaine tenu à Addis-Abeba en Ethiopie du 17 au 18 février 2023.Malgré la crise profonde qui affecte le pays dont il a dirigé durant 10 ans, l’ancien président n’a rien perdu de sa superbe. Il a fait montre d’une grande maitrise du dossier que les Chefs d’Etat de l’Union lui avaient confié à Niamey au moment où il présidait encore aux destinées du Niger. L’ancien Président de la République du Niger a joué un rôle déterminant dans l’accélération du processus de la promotion de la Zone de Libre Échange Continentale Africaine (ZLECAF). Désigné champion de la ZLECAF, Issoufou Mahamadou s’est investi activement à plaider auprès des dirigeants africains et les encourager à adhérer à cette initiative. Il a également facilité les discussions et les négociations entre les différents pays membres afin de promouvoir la coopération et la mise en œuvre efficace de la ZLECAF. Son leadership a contribué à faire avancer le processus d'intégration économique en Afrique.

Il faut rappeler que la ZLECAF vise à promouvoir le développement économique et à améliorer les conditions de vie en Afrique en stimulant le commerce, l'investissement et l'intégration régionale. Aujourd’hui l’accord à la ZLECAF a été signé par 54 des 55 pays membres. Il reste quelques résistances au niveau de certains pays qui sont en train de procéder à la révision de certains textes pour rejoindre définitivement la marche.

La grande avancée de ce dossier, il faut le dire restera intimement liée au leadership de l’ancien président de la République du Niger, récipiendaire du prix Mo Ibrahim et de plusieurs distinctions internationales qui jouit toujours de la même confiance des chefs d’Etat africains dont il a échangé avec beaucoup en marge du sommet du 17 février 2024. Homme d’Etat respecté et admiré de par le monde, il gère encore un autre dossier qui lui a été confié par le Secrétaire Général des Nations Unies, M. Antonio Gutteres, celui du Panel de Haut niveau sur la sécurité et le développement au Sahel.

Au Niger, sa participation à ce sommet de l’Union Africaine pour présenter le rapport d’étape de la ZLECAF a été un motif de fierté pour beaucoup de nigériens qui saluent le retour sur la scène africaine de l’ancien Président de la République.

Au cours de son bref séjour à Addis-Abeba, l’ancien Président de la République a également échangé avec des Chefs d’Etat et d’autres partenaires sur les crises qui secouent l’Afrique de l’Ouest et particulièrement le Sahel. Des échanges qui ont permis, selon toute vraisemblance une meilleure compréhension de la situation au Sahel. Homme d’Etat écouté et très influent, il pourrait faire changer la tendance en produisant l’effet attendu et espéré au prochain sommet de la CEDEAO à savoir l’allégement voire la levée des sanctions qui frappent le Niger depuis les événements du 26 juillet 2023.

Adoum Boulkassoum

Prévue se tenir le 25 février 2024, l’élection présidentielle sénégalaise est reportée à la dernière minute au 15 décembre de l’année en cours soit une rallonge de huit (8) mois pour le Président Macky Sall qui devait quitter son fauteuil présidentiel, le 02 avril 2024.

Cette élection si elle devait se tenir à la date prévue, c’est-à-dire le 25 février, allait se dérouler sans le principal opposant Ousmane Sonko. Ce dernier est actuellement en prison suite à nombreux chefs d’accusation parmi lesquels, outrage à un ancien membre du gouvernement du président Macky Sall.

Le scrutin du 25 février 2025, ne se tiendra pas également avec un autre opposant au président sortant à savoir, le fils de l’ancien président sénégalais, Karim Wade dont la candidature a été recalée par le Conseil Constitutionnel suite à sa double nationalité française et sénégalaise. C’est d’ailleurs suite au rejet de cette candidature et de la validation de celle de Rose Wardini auxquels s’ajoute le procès qui oppose certains députés aux juges du Conseil Constitutionnel que le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) de Karim Wade a appelé au report de la présidentielle.

Les députés de la majorité et le Président Macky Sall ont tenu cette perche tendue par les députés de l’opposition regroupés au sein du PDS. Cette action laisse paraitre clairement l’entente retrouvée entre le camp présidentiel et l’opposant Karim Wade qui était en exil depuis plusieurs années aux Emirat Arabes Unis. Il vient ainsi de fumer le calumet de la paix avec Macky Sall après avoir été empêché de présenter à la dernière élection présidentielle de 2019.

Pour justifier le report de dix (10) mois Macky Sall a d’ailleurs évoqué la réconciliation nationale en mettant en évidence la tension née des derniers évènements relatifs à l’affaire dite d’Ousmane Sanko et les germes des contestations pré et post électorales qui régnaient avant sa décision du 7 février relative au report.

Dans ce souci de passer le témoin à un successeur élu à l’issue d’un scrutin inclusif, crédible et transparent, le Président Macky Sall serait en concertation avec l’équipe de l’opposant Ousmane Sanko en vue de sa libération qui sera suivie de sa participation à l’élection présidentielle du mois de décembre 2024.

Plusieurs sources indiquent que les équipes des deux hommes sont en pleine discussion sous l’impulsion de certains hommes de l’ombre des deux camps en vue de trouver un modus vivendi sur le cas Sonko.

Des sources dignes de foi indiquent que le scrutin du 25 février reporté au 15 décembre 2024 sera encore repoussé de deux ans. Ce cas de figure a-t-il été accepté par Ousmane Sonko ? En tout cas, ce serait le résultat des discussions entamées entre le Chef de l’Etat Macky Sall et son principal opposant Ousmane Sanko.

Les discussions entre les deux hommes porteraient également sur la mise en place d’un gouvernement d’ouverture qui verrait la participation de l’opposition, a indiqué les mêmes sources. Quoiqu’il en soit, le scrutin n’aura pas lieu le 25 février 2024 malgré les appels incessants au calme et au respect du délai constitutionnel exigé par la CEDEAO et les Etats-Unis.

Le Président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se rendra au Sénégal pour un voyage d’une journée ce lundi pour rencontrer Macky Sall concernant la crise politique et institutionnelle de ce pays.

Ibrahim Moussa

Les choses prennent désormais l’allure de la loi du Talion entre le Niger et le Nigeria, deux pays frères voisins. Du côté du Nigeria, on semble, face à la situation politique au Niger, privilégier la réponse du berger à la bergère. Après la réplique du Niger face à ce qu’il a qualifié d’ingérence dans ses affaires intérieures suite à la réaction de son plus grand voisin relativement au retrait du Niger de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le pays qui pilote le ‘’bateau Ecowas’’ accentue la pression et reste des plus intransigeants dans la mise en exécution des sanctions infligées par l’organisation régionale contre le Niger.

Une fois encore, les choses sont assez sévères. Dans une correspondance AJS/Séries A/02/2024 en date du 29 janvier 2024, le ministère nigérian de l’Aviation et l’Espace aérien, à travers l’Autorité en charge des services du trafic aérien, a réitéré la suspension de tous les vols commerciaux en partance du Niger vers le Nigeria, en provenance du Nigeria vers le Niger ou en transit sur son territoire. Cette décision du gouvernement nigérian a été prise en conformité avec les résolutions de la CEDEAO qui ont imposé des sanctions et restrictions sur le Niger depuis le coup d’Etat qui a renversé le régime du président Mohamed Bazoum le 26 juillet 2023.

La note, écrite en anglais puis signée par le Directeur des Services du trafic aérien Tayo John et ensuite publiée dans les médias locaux nigérians, énumère les vols commerciaux concernés par la mesure du gouvernement fédéral. Il s’agit, souligne la lettre, de «tous les vols commerciaux en partance du Niger à destination du Nigeria, ou du Nigeria à destination du Niger, ou en transit du Niger vers le Nigeria, ou en transit de n’importe quel Etat (pays) par le Nigeria à destination du Niger».

Toutefois, les restrictions n’affectent pas, selon la correspondance nigériane, les vols en transit à travers l’espace aérien nigérien, les vols d’urgence ainsi que les vols spéciaux qui, eux en plus, devraient en amont demander l’autorisation du Secrétaire permanent et du ministère nigérian de l’Aviation et de l’Espace aérien. «La circulaire est délivrée pour information, guide et action nécessaire», libelle la missive du gouvernement fédéral.

Le 2 août 2023, pour rappel, le secrétaire permanent du ministère fédéral de l’Aviation et de l’Espace aérien instruisait la Nigerian Airspace Management Agency, agence de gestion de l’espace aérien nigérian, de délivrer une note de service aux aviateurs en vue de respecter la zone d’exclusion sur tous les vols commerciaux entre le Niger et le Nigeria. Selon cette décision, tous les vols en partance ou à destination des aérodromes de Niamey étaient interdits d’atterrissage à Kano jusqu’à nouvel ordre.

Il s’agit là, pour l’instant, de l’une des étapes d’une série de sanctions, elles-mêmes issues des résolutions issues du sommet de la Cedeao qui a décidé de la fermeture de toutes les frontières terrestres et aériennes avec le Niger ainsi que l’établissement de la zone d’exclusion aérienne pour tous les vols commerciaux en provenance et à destination du Niger-, qu’active le Nigeria après la fermeture de ses frontières terrestres avec le Niger, longues de plus 1500km, en guise de pression sur les auteurs du putsch. C’est aussi l’une des conséquences immédiates des sanctions imposées par l’espace communautaire sur le Niger dont les flux commerciaux, rien qu’avec la partie nord du Nigeria, sont estimés à plusieurs milliards de francs CFA.

A l’avenir, il faut craindre le pire au fur et à mesure que la situation politique se complique et le dialogue se crispe entre les deux parties surtout que le Niger a décidé de son retrait de la CEDEAO il y a plus d’une semaine. Pour l’instant, malgré la fermeture des frontières entre le Niger et le Nigeria, les mouvements continuent dans les deux sens dans une atmosphère quasi clandestine. Si le Nigeria contrôle ses frontières avec fermeté et dureté, entravant la circulation des commerçants nigériens sur les voies terrestres, il faut craindre le spectre d’une crise économique et humanitaire qui rappellera la période sombre de ‘’El Buhari’’ des années 80.

Le retrait du Niger de la CEDEAO suppose la perte de tous les avantages liées à son adhésion. Il pourrait se voir instituer le visa entre les deux pays, chose qui ne semble pas faciliter la libre circulation des biens et des personnes et risque de peser lourd sur le développement économique de la zone.

Mamane Abdou

 

Le prix du hadj fixé à un peu plus de 3,2 millions de FCFA

Les candidats au pèlerinage nigériens doivent, pour l’édition 2024, verser un peu plus de 3,2 millions de francs CFA pour pouvoir effectuer le déplacement en Arabie Saoudite en vue de l’accomplissement du 5ème pilier de l’islam. Le prix était un peu plus élevé l’année dernière. Au Nigeria voisin, c’est 4,9 millions de nairas, soit un peu moins de 3 millions de francs CFA (si on se réfère à la situation du taux de change actuel du naira), que les candidats au hadj sont censés s’acquitter pour le même voyage. Les prix du hadj sont des plus chers de la région africaine depuis plusieurs années. Cette année, le paiement intervient dans un contexte économique et financier précaire où les candidats nigériens semblent avoir du pain sur la planche pour pouvoir l’intégralité du montant dans le délai requis. Ils sont en principe un peu moins de 16 000 pèlerins qui sont attendus en Terre sainte cette année. Le même nombre de place qui ont été octroyées au Niger par les autorités saoudiennes.

Toutefois à la date du 10 février 2024 à 18 heures, le nombre de pèlerins enregistrés s’élève à 10.555 dont 5.253 Hommes et 5.302 Femmes et 6.665 en vol charter et 3890 en vol régulier. Les données affichent aussi que le nombre de pèlerins non confirmés à 804 et les confirmés au total sont au nombre de 2066 seulement. Il faut noter aussi que le nombre de pèlerins validés est de 7685 à la même date.

Les préparatifs vont bon train et le COHO en partenariat avec ses partenaires a pris les dispositions idoines pour que le pèlerinage se déroule dans les meilleures conditions cette année.

Mato Mani

 

La France ne peut plus délivrer des nouveaux visas aux Nigériens

Dans une note d’information publiée sur son site, dont modification a été faite le 3 février 2024, l’ambassade de France au Niger a indiqué ne ‘’plus être en mesure de délivrer des visas’’. Elle précisait également que la remise en cause unilatérale de la convention relative au Centre culturel franco-nigérien Jean Rouch de Niamey ‘’rend impossible le traitement des dossiers des étudiants nigériens souhaitant s’inscrire dans les universités françaises’’.

Toutefois, la chancellerie française à Niamey relativise que «…Tous les ressortissants nigériens en possession d’un visa valide sont toujours les bienvenus en France».

La chancellerie française, dont les locaux sont fermés depuis le 2 janvier dernier jusqu’à nouvel ordre, justifiait cette incapacité relative à la délivrance des nouveaux visas plutôt par «les dégradations occasionnées lors de l’attaque de l’emprise diplomatique» le 30 juillet ainsi que «des entraves d’accès aux services de l’ambassade imposées par les forces nigériennes».

Pis, «la décision nigérienne de dénoncer la convention bilatérale instituant le Centre culturel Jean Rouch, qui accueillait Campus France, organisme en charge des mobilités étudiantes vers la France, rend impossible le traitement des dossiers des étudiants nigériens souhaitant s’inscrire dans les universités françaises», précise la source diplomatique française.

La mesure française ne touche pas les étudiants qui ont déjà mené à terme leur procédure de visa avant le 26 juillet 2023, date du coup d’Etat. Ils «ont pu se rendre en France sans restriction pour y poursuivre leurs études» et «sont toujours les bienvenus dans nos universités». La chancellerie française à Niamey indique que «ceux qui bénéficient de bourse du gouvernement français continuent de les percevoir».

Mamane Abdou

 

Le Président du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP), Chef de l’Etat, le Général Abdourahamane Tiani s’est entretenu, le dimanche 11 février 2024 avec des journalistes de la Radio et Télévision Nationales (RTN). Au cours de l’entretien, le Général Tiani est revenu sur les raisons du retrait le 28 janvier dernier des trois pays de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) dont le Niger de la CEDEAO, les perspectives après ce retrait et l’affaire d’une importante quantité d’or qui a défrayé la chronique au Niger.

Dans les réponses données aux journalistes, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani ne décolère pas par rapport à la CEDEAO. Au contraire, il fonce le clou, indexant nommément certains Chefs d’Etat de n’avoir pas facilité la tâche au CNSP et d’être de mèche avec la France. Politologue, historien, géographe, économiste, le Chef de l’Etat était tout à la fois, rappelant sans cesse l’Histoire de la CEDEAO, de la colonisation, du multipartisme dans nos Etats. Le Général Tiani est totalement resté collé à l’option souverainiste déclinée à la suite de la prise du pouvoir par le CNSP. Il reste toutefois, en termes de perspective, après le retrait du Niger de la CEDEAO, que les lignes n’ont pas bougé ou pour tout dire c’est le statu quo. Les réponses aux questions que se posent la majorité silencieuse des nigériens n’ont pas du tout été abordées. De quoi sera fait demain après le retrait de la CEDEAO ? Qu’en est-il de la feuille de route de la transition ? Ce sont là des interrogations que se posent de nombreux nigériens qui sont restés sur leur soif.

 

Retour sur le retrait des pays de l’AES de la CEDEAO

Dimanche 11 février 2024, le Chef de l’Etat, le Général Abdourahamane Tiani, décontracté et sans complexe aucun, était face à des journalistes de la Radio et Télévision Nationales pour entretenir les nigériens sur certaines préoccupations de l’heure. Comme à ses habitudes, il s’est exprimé en trois langues, le Français, le Hausa et le Zarma. Une large part de l’entretien était centrée sur le retrait du retrait des pays de l’Alliance des Etats du Sahel (AES).

Le Président du CNSP de rappeler par rapport aux raisons qui ont motivé les retrait que ‘’la CEDEAO n’était plus celle des pères fondateurs’’. Pour lui, la CEDEAO s’est éloigné des objectifs de la communauté qui sont ‘’purement économiques et la prospérité des peuples’’

Le Général Tiani de rappeler que la CEDEAO reposait sur des principes d’Egalité et d’indépendance des Etats membres, la solidarité et l’autosuffisance collective, la non-agression et les droits de l’homme qui ne sont pas respectés aujourd’hui.

Trois raisons nous ont amené à quitter la CEDEAO, a souligné le Président du CNSP au cours de l’entretien.

La première raison, a-t-il dit est sécuritaire : «La CEDEAO a menacé le Niger d’une agression militaire armée Nous ne pouvons pas porter sur notre conscience le poids du massacre des nigériens’’

La deuxième raison, a poursuivi le Général Tiani est morale et éthique. ‘’Le peuple nigérien a été dépourvu de tout. Des produits pharmaceutiques, le minimum vital, de l’énergie électrique’’ a-t-il relevé.

Et enfin la troisième raison est d’ordre économique. Qu’aurions-nous gagné en restant dans une CEDEAO où nous sommes sous embargo total, (…) embargo monétaire où nos dépôts à la BCEAO sont confisqués en 2023 ?

«(…)…nous avons décidé qu’il est temps de sortir dans cette organisation de laquelle les états auraient dû sortir dès 1991 au lendemain du discours de La Baule parce que c’est à partir de là que la France avait pris le contrôle de notre organisation et qui ne correspond plus à l’esprit initial ayant conduit à la création de la CEDEAO» a expliqué le Général Tiani.

Le Chef de l’Etat a aussi largement expliqué le processus de négociations entamé par le Niger et la CEDEAO dans le cadre du règlement de la crise nigérienne, les sacrifices consenties par les autorités nigériennes de transition dans le cadre du dialogue ainsi que les interférences et infiltrations qui ont amené les autorités nigériennes à être méfiante de l’organisation communautaire. D’une condition à une autre, le président du CNSP Tiani a estimé que ‘’les dés étaient jetés’’, ‘’les chefs d’Etat de la CEDEAO n’avait pas la décision, celle-ci appartenait à Paris’’.

 

Pas d’annonce de perspective ou de piste de sortie de crise

Sur les perspectives après la sortie du Niger de la CEDEAO, le Président du CNSP est resté quelque peu réservé.

Le Chef de l’Etat reste optimiste. ‘’Nos perspectives ne peuvent être que meilleures’’, a-t-il affirmé relativisant la libre circulation des personnes et des biens à travers l’Histoire. Pour le Général l’AES est un socle solide qui peut sortir le Niger d’affaire en renforçant les échanges au sein des Etats membres de l’Alliance pour la prospérité des peuples. ‘’Il n’y’aura pas de chaos, il n’y aura pas de drame’’ après la sortie de la CEDEAO, a-t-il soutenu.

Toutefois par rapport à la poursuite des négociations et à la sortie de crise, aucune piste de sortie n’a été proposée par le Chef de l’Etat. Les rapports avec la CEDEAO se sont largement dégradés et les Etats de l’AES ont réaffirmé l’irréversibilité de leur décision de retrait. Avec qui négocier désormais ?

A l’interne, l’option du dialogue national inclusif proposé par le président du CNSP s’éloigne de plus en plus. Aucune idée à cette date sur l’exécution de la feuille de route de la transition et l’installation des institutions qui doivent accompagner celle-ci.

Par rapport à la sortie de crise, l’on ignore également le sort des négociations avec les médiateurs de la CEDEAO qui avaient connu une grande avancée.

L’on s’interroge également sur les mécanismes prévus par le Gouvernement de transition sur le ravitaillement régulier du pays et l’allègement à court terme des souffrances endurées par les populations depuis les lourdes sanctions prises par la communauté à l’endroit du Niger.

Sur ces aspects, la majorité silencieuse des nigériens est restée sur sa soif.

L’affaire de l’or, simple diversion

Le Chef de l’Etat a aussi abordé l’affaire de l’or qui a défrayé la chronique au Niger. A ce sujet, la montagne a accouché d’une souri.

‘’Nous devons réfléchir avant de donner échos à certains propos’’ a averti le président du CNSP qui précise qu’il y’a des gens qui ont été modestes qui ont avancé une quantité de 1578 kg saisie en Ethiopie, d’autres ont dit 23 tonnes d’or saisies et que c’est le CNSP qui aurait remis toutes ces quantités aux Russes’’

‘’Les gens sont prêts à tout pour nous divertir’’, ‘’nous sommes inscrits dans une marche de souveraineté qui ne plait pas à tout le monde’’ a rappelé le Général Tiani.

Le Président du CNSP de soutenir que ‘’Tous les moyens seront utilisés pour casser notre affirmation vers notre souveraineté et notre indépendance, c’est dans ce sens que s’inscrit cette affaire de saisie de 1578 tonnes d’or’’

‘’En Ethiopie, même les autorités éthiopiennes n’ont pas vu la couleur de cet or’’ a affirmé le Président du CNSP.

Pour le Général Abdourahamane Tiani l’affaire de l’or est donc imaginaire et relève des intrigues de ceux qui ne sont pas contents des mesures prises par le CNSP dans l’exploitation et l’exportation de l’or depuis le 26 juillet 2023, à en croire le Chef de l’Etat.

Adoum Boulkassoum

Le Syndicat National des Agents des impôts (SNAI) a tenu son conseil syndical au titre de l’année 2024, ce samedi 17 février à son siège, à Niamey.  La cérémonie d’ouverture a enregistré la présence du Secrétaire Général du Ministère de l’Économie et des Finances  Aliou Daouda, du Directeur Général des Impôts Adjoint  Boubacar Komo, du Secrétaire Général de la CDTN  Idrissa Djibrilla, des cadres centraux de la DGI et des responsables syndicaux.

Intervenu dans un contexte marqué d’un côté par une kyrielle de procès intentés contre le Bureau Exécutif National du SNAI et de l’autre par les sanctions imposées à notre pays par la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CDEAO) et la communauté internationale, le 10ème conseil syndical a été une occasion pour les militantes et militants  de passer en revue les défis qui se dressent devant eux.

Le thème choisi pour ces assises est : La Direction Générale des Impôts face aux sanctions économiques ». Un choix qui illustre l’engagement du SNAI I à accompagner les autorités de la transition dans la marche inexorable vers la souveraineté du pays.

Dans son mot de bienvenue, le Secrétaire Général du SNAI section de Niamey a invité les délégués d’être assidus aux travaux afin qu’ils puissent sortir des recommandations fortes et de piste de solutions  aux nombreuses difficultés éventuelles a lancé M. Jérôme Detou Ayeko Justin.

D’entrée de jeu,  M. Abass Mahaman Falaou Mouctari, Secrétaire Général du SNAI a rappelé l’imbroglio judiciaire avec le Secrétaire Général sortant. « Il n’est pas superflu de rappeler ici du haut de cette tribune, que depuis la tenue de notre congrès extraordinaire en juillet 2022, à l’issue duquel, le nouvel organe dirigeant a été mis en place pour conduire les activités de l’organisation, notre structure syndicale n’a eu cesse à être devant les juridictions à la suite d’une plainte déposée par l’ancien Secrétaire Général du SNAI contre le nouveau et légitime Bureau Exécutif National », a-t-il rappelé.

Le Secrétaire Général du SNAI s’est réjoui par ailleurs de la résolution de ce différend qui n’a que trop duré. « Dieu merci, cette situation a eu un dénouement heureux avec le verdict prononcé par arrêt rendu par la Cour d’Appel de Niamey en date du 23 Août 2023 faisant du BEN issu du congrès extraordinaire de juillet 2022 seul et unique partenaire social de la DGI et unique interlocuteur pour tout ce qui concerne les agents des impôts ».

Abordant les sanctions auxquels notre pays fait face depuis les évènements du 26 juillet 2023, M. Abass Mahaman Falalou Mouctari s’est réjoui des résultats positifs engendrés par ces sanctions : « Loin de fragiliser l’élan de patriotisme du peuple nigérien en général et les travailleurs en particulier, notamment les agents des impôts, ces sanctions ont davantage renforcé l’engagement et la détermination des militantes et militants du SNAI dans la mobilisation des ressources internes.., » s’est félicité le SG du SNAI.

Il a par la même occasion rassuré le Directeur Général des Impôts et le Ministre de l’Économie et des Finances que les militantes et militants du SNAI ne ménageront aucun effort pour accomplir leur mission avec professionnalisme et abnégation pour le bien-être de la population nigérienne.

Soucieux de la situation peu confortable dans laquelle se trouve le pays, les militantes et les militants des syndicats des régies financières ont apporté leur contribution à l’effort national d’un montant de 10 millions de F CFA et une somme de un (1) million de F CFA a été également versée au Fonds de Solidarité pour la Sauvegarde de la Patrie (FSSP) à travers la centrale syndicale d’affiliation, la Confédération Démocratique des Travailleurs du Niger.

Conseil

S’adressant à l’assistance, le Secrétaire Général de la CDTN Idrissa Djibrilla a appelé à l’unité syndicale avant de féliciter les agents de la DGI pour leur prouesse dans la mobilisation des ressources internes. Il a d’ailleurs illustré ses propos en rappelant l’exploit de l’année budgétaire 2023, lorsque la DGI a réalisé un taux de 99,7%  de mobilisation des ressources internes. Il a magnifié à la fin le dynamisme syndical du SNAI qui fait partie des structures fondatrices de la CDTN.

« Le Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP) compte sur la DGI dans la quête actuelle de la souveraineté…, » a affirmé le Directeur Général Adjoint des Impôts M. Boubacar Komo. Il a par la suite félicité les soldats financiers qui malgré le ralentissement des activités continuent de mener à bien leur mission. Il a exhorté les agents à exploiter au maximum les potentialités qui se présentent à eux en améliorant la qualité des services telle que la mise en confiance des contribuables.

En ouvrant les assises, le Secrétaire Général du Ministère de l’Économie et des Finances M. Aliou Dadouda, a salué le choix du thème du 10ème conseil syndical du SNAI tout en indiquant que les responsables de son département ministériel sont ouverts au dialogue social depuis les évènements du 26 juillet 2023.

« Les moyens ont été mis à la disposition de la Direction Générale des Impôts (DGI) pour mobiliser plus de ressources pour amorcer la souveraineté », a-t-il souligné.

A l’issue de la rencontre, il est attendu des recommandations qui contribueront à renforcer le dynamisme du SNAI  et à des actions qui contribueront à améliorer la qualité du travail  des militantes et militants, conditions sine qua none pour mobiliser plus de ressources financières internes.

Ibrahim Moussa  

Le Ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales, colonel-major Garba Hakimi a réceptionné ce mercredi 31 janvier 2024, 498 motos DT 125 offertes par le fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF). La cérémonie s’est déroulée en présence du Secrétaire Général dudit ministère, du représentant résident de l’Unicef, du représentant de l’OMS et des cadres généraux et centraux du Ministère de la Santé Publique. D’une valeur de 606.432.856 F CFA, ‘’ces équipements vont contribuer à l’amélioration de la santé des femmes et des enfants, cette frange de la population qui occupe une position stratégique et prioritaire pour le développement du pays, a indiqué le colonel-major Garba Hakimi.’’ Avec cette logistique, le Programme Élargi de Vaccination (PEV) va augmenter ses capacités, ce qui du coup produira des effets immédiats notamment : le rehaussement de la couverture vaccinale, la baisse de la morbidité et de la mortalité liées aux maladies évitables par la vaccination. Le ministre de la santé publique, de la population et des affaires sociales a félicité l’Unicef pour cet appui qui va contribuer au renforcement des interventions à haut impact pour le bien être de la population. Il a par la même occasion lancé un appel à l’endroit des autres partenaires et acteurs à davantage de collaboration dans le financement du secteur de la santé. Le colonel-major Garba Hakimi a au nom de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani et au nom du Premier Ministre de la transition adressé sa gratitude à l’ensemble des partenaires qui ne cessent d’accompagner les efforts du gouvernement pour le développement socio-économique du Niger. Auparavant, le représentant résident de l’Unicef M. Aboubacary Tall a mis en évidence le partenariat qui lie les deux institutions. « Notre collaboration avec le Ministère de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales est essentielle pour assurer le succès de cette initiative », a précisé le responsable humanitaire. Pour Monsieur Tall, ces motos ne sont pas simplement des moyens de transport ; ce sont des instruments de changement, des outils qui vont permettre d’atteindre les coins les plus reculés du pays. Il a par ailleurs attiré l’attention des bénéficiaires pour une utilisation rationnelle de ces équipements. « Je tiens à souligner l’importance de rationaliser l’utilisation des matériels roulants et nous recommandons vivement que ces ressources soient utilisées de manière stratégique, en répondant aux besoins urgents et en mettant l’accent sur une couverture maximale là où elle est le plus nécessaire. Cela implique une planification minutieuse des itinéraires, une coordination efficace entre les équipes et une utilisation judicieuse des ressources pour garantir une portée optimale. ». A travers ce don, l’Unicef espère contribuer au renforcement du système de santé et à offrir une protection essentielle aux enfants et que ces derniers puissent recevoir des soins de santé dont ils ont besoin. Ce don est le deuxième du genre en moins d’une année au profit du ministère de la santé publique, de la population et des affaires sociales, après celui de 150 ambulances au profit des districts sanitaires du pays. Ibrahim Moussa

L’information est tombée le lundi 8 janvier 2024. Le fils du Pré- sident de la République déchu détenu au Palais de la présidence depuis les événements du 26 juillet 2023 en même temps que ses parents, le nommé Salem Mohamed Bazoum a bénéficié d’une liberté provisoire du tribunal militaire de Niamey. L’attestation de mise en liberté provisoire signée par le Greffier en chef du Tribunal militaire précise que le jeune étudiant, ‘’inculpé de complot ayant pour but de porter atteinte à l’autorité ou à la sureté de l’Etat’’ ‘’a bénéficié d’une liberté provisoire du juge d’instruction du tribunal militaire en date du 08 janvier 2024 à charge pour lui de répondre à la justice dès qu’il y sera requis’’. Un autre communiqué du Ministre togolais des affaires étrangères en date du 08 janvier place la libération de Salem Mohamed Bazoum dans le cadre de la médiation menées par les présidents Togolais Faure Essozimna Ganssingbé et sierra léonais Julius Maada Bio. Mandatés par la CEDEAO depuis la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement du 10 décembre dernier, les deux médiateurs ont envoyé le Ministre togolais des affaires étrangères à plusieurs reprises pour négocier avec les autorités nigériennes de traznsition.

Pour la médiation, la libération de Salem Bazoum décidée par le Chef de l’Etat nigérien le Général de Brigade Abdourahamane Tiani est faite ‘à titre humanitaire’’ et dans le cadre de la médiation.

Selon les dernières informations en notre possession, Salem Mohamed Bazoum a été acheminé par un vol spécial à Lomé le même jour, c’est-à-dire le 08 janvier 2024 au Togo.

Il faut rappeler que plusieurs voix de par le monde se sont élevées pour réclamer la libération de Salem Mohamed Bazoum dès les premiers jours du coup d’état, estimant qu’il ne doit pas faire les frais du coup de force dont a été victime son père. L’ancien président Mohamed Bazoum et son épouse Hadiza Bazoum restent toutefois détenus au palais présidentiel, sous haute surveillance.

Adoum Boulkassoum

Le Coordonnateur de la Dynamique Citoyenne pour une Transition Réussie M. Issoufou Sidibé a animé une conférence de presse ce jeudi 04 Janvier 2023 dans la salle de réunion du Syndicat National des Agents des Douanes (SNAD). Cette sortie médiatique qui intervient une semaine après le périple qui a conduit les membres de la dynamique dans cinq des huit régions du pays (Tillabéri, Dosso, Maradi, Zinder et Diffa) a pour objectif de dresser le bilan de cette tournée dans le Niger profond.

Globalement, c’est un bilan positif que Issoufou Sidibé et ses camarades ont tiré des échanges qu’ils ont eus avec la population, ce qui prouve que cette dernière a épousé les messages véhiculés par la DCTR.

 

Dosso, la cité des Djermakoyes a constitué la première capitale régionale à recevoir la délégation de la Dynamique Citoyenne pour une Transition Réussie (DCTR) suivie de la région du fleuve Tillabéri. C’était ensuite le tour de Maradi, Zinder et Diffa d’accueillir Issoufou Sidibé et ses camarades dans leur mission de sensibilisation, d’éveil de conscience et d’engagement dans l’accompagnement du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie pour une transition réussie.

En plantant le décor, le Coordonnateur de la DCTR, M. Issoufou Sidibé, a, au nom du comité d’orientation et du directoire de la dynamique, transmis ses encouragements et félicitations au CNSP et au gouvernement de la transition pour la bonne conduite de la transition ces cinq (5) derniers mois. Il a par la suite rappelé la mission principale de la dynamique qui n’est rien d’autre que l’accompagnement du CNSP pour la réussite de sa mission.

Issoufou Sidibé d’indiquer qu’à chacune de leurs étapes, l’exercice est le même, accueil chaleureux, déplacement massif et échanges fructueux avec la population hôte. Aussitôt qu’elle dépose sa valise dans un chef-lieu de région, la dynamique commence par présenter ses civilités aux autorités administratives et coutumières comme il est de tradition dans la société nigérienne.

Entrant dans le bilan proprement dit, Issoufou Sidibé a fait remarquer que partout où ils sont passé, l’accueil reste le même, c’est-à-dire, empreint de chaleur et d’enthousiasme tout en annonçant que la dynamique n’entend pas baisser les bras en se recroquevillant dans la ville de Niamey sachant que des populations de l’intérieur du pays ont également besoin d’être totalement édifiées sur la conduite actuelle du pays où c’est les questions du patriotisme et la refondation de l’Etat qui sont mises en avant.

Cette sensibilisation s’est traduite à travers des échanges qui ont conduit à exposer clairement les objectifs et missions que s’est assignée la dynamique, tout en recevant au retour les contributions, les préoccupations et aussi le critiques des populations hôtes. Des échanges qui ont permis à la DCTR d’enrichir le document qu’elle compte apporter comme contribution au Dialogue National Inclusif (DNI) qui va se tenir incessamment.

Après les échanges avec les différentes couches sociales invitées aux travaux qui se tiennent généralement dans la première phase de l’agenda, la seconde phase consistait à échanger exclusivement entre acteurs de la société civile qui se trouvent être par ailleurs, les principaux hôtes de la dynamique dans les chefs-lieux des régions. Cette phase se termine par la mise en place des bureaux des coordinations régionales regroupant par endroit tout ce qu’il y a comme gotha de la société civile locale. Ce qui prouve à suffisance l’adhésion des acteurs de la société civile locale aux idéaux de la Dynamique Citoyenne pour une Transition Réussie, s’est félicité Issoufou Sidibé.

Interpellé sur les attaques dont fait l’objet la dynamique ces derniers jours, Issoufou Sidibé de dire : «Nous n’avons pas la prétention de détenir le monopole de la vérité mais nous respectons l’opinion des autres», a-t-il affirmé tout en reconnaissant qu’ils ne sont pas exemptés des critiques. «Même le prophète Mohamed S.A.W n’a pas fait l’unanimité de son vivant et après sa mort, donc ce n’est pas nous des simples mortels qui allaient faire l’unanimité», a-t-il affirmé.

Le coordonnateur de la DCTR a laissé entendre qu’ils ont en face d’eux, deux (2) catégories des détracteurs. La première est celle des personnes qui ont bien besoin d’être édifiées sur les missions et les objectifs de la dynamique et c’est ce que la dynamique est en train de faire, a-t-il martelé.

La seconde catégorie et celle des personnes animées de mauvaise foi. Elles détiennent les documents de la DCTR, connaissent très bien ses objectifs et missions mais qui par mauvaise foi, qui est d’ailleurs innée à certains humains, tentent de donner une autre orientation au combat que mène la DCTR.

Les membres de la Dynamique Citoyenne pour une Transition Réussie se sont dits ragaillardis de cette tournée en profondeur car ils sont revenus avec plus d’espoir et d’engagement, a conclu M. Issoufou Sidibé qui annonce que les prochaines étapes seront les régions d’Agadez et Tahoua.

Ibrahim Moussa


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/templates/ts_newslinen/html/com_k2/templates/default/user.php on line 277
Page 1 sur 128